Intérim au maroc

975 mots 4 pages
Le travail temporaire au Maroc passe par une période particulièrement mouvementée. Le secteur est en pleine croissance, ce qui est de bon augure pour le taux de chômage au Maroc. Cependant, cette croissance accélérée n’est pas contrôlée. Les lois existent mais ne suivent pas le développement du secteur. Plus encore, elles ne sont pas appliquées : manque de transparence, de moyens…Manque surtout de vision commune et unifiée
C’est en 2004 que le travail temporaire a acquis officiellement ses lettres de noblesse au Maroc. Il fut reconnu par le code du travail, qui lui a consacré tout un chapitre. Une reconnaissance dont se sont félicitées les entreprises d'intérim… avant de prendre connaissance de certains articles de la loi qui ont gâché la fête à beaucoup.

Le plus controversé est sans doute l’article 482, relatif à l’autorisation d’exercer. Le législateur exige des agences de recrutement privées de déposer à la CDG une caution d’un montant égal à 50 fois la valeur globale annuelle du SMIG, soit de plus d’un million de DH.
La caution permettrait à la société, en cas d’insolvabilité, de s’acquitter de ses engagements envers ses salariés ; il s’agit somme toute d’une précaution nécessaire...
Cependant des voix se sont élevées de part et d’autre. Certaines appelant à la stricte application de la loi, d’autres qui en contestent le montant, d’autres encore qui demandent à ce que les critères de l’autorisation d’exercer «ne se limitent pas aux sous».

Zahir Lamrani, président de l’Union Marocaine des Entreprises de Travail Temporaire (UMETT) nous confie avoir «travaillé pendant 7 ans à la mise en place du chapitre relatif au travail temporaire, en collaboration avec le ministère, les syndicats…Nous avons été fortement surpris quand la loi fut promulguée, notamment en ce qui concerne la caution». L’UMETT, composée alors d’un grand nombre de sociétés, avait refusé de s’acquitter du paiement d’une caution jugée dangereuse pour les entreprises.
Aujourd’hui, l’UMETT

en relation

  • Interim au maroc
    908 mots | 4 pages
  • Ahmed char
    324 mots | 2 pages
  • crit
    390 mots | 2 pages
  • Approche
    4541 mots | 19 pages
  • L'interim au maroc
    18917 mots | 76 pages
  • Libre échange
    495 mots | 2 pages
  • Chômage
    3999 mots | 16 pages
  • La monarchie constitutionnelle et la véme république
    9206 mots | 37 pages
  • Rapport de stage
    2298 mots | 10 pages
  • Liste
    1824 mots | 8 pages