Intermezzo de giraudoux: scène 3 acte iii

Pages: 8 (1857 mots) Publié le: 27 juillet 2011
H. Dubarry 06/2011.

Intermezzo, André Giraudoux. Etude de la scène 3, Acte III

Cette scène d’Intermezzo est une scène de demande en mariage entre un homme de condition modeste, fonctionnaire, Contrôleur des Poids et Mesures, et une jeune femme fraîche et rêveuse, Isabelle. Bien qu’ils se voient dans un contexte antagoniste (le Contrôleur fait partie du groupe chargé d’enquêter à chargecontre Isabelle, suspectée d’entretenir une relation avec un spectre et d’être à l’origine de perturbations dans le village), ils vont montrer, au cours de leur dialogue, que leurs aspirations personnelles se rejoignent, qu’ils ont finalement la même conception de la vie, de la vie à deux, une vie simple, basée sur la confiance mutuelle. Elle se déroule dans la chambre d’Isabelle, après un entretienentre celle-ci et le Droguiste, qui gentiment lui explique que ce qu’elle cherche - l’immortalité - est essentiellement une interrogation de jeune fille : « Connaissez-vous une aventure de spectre sans jeune fille ? ». Sur ce, voyant le Contrôleur arriver, il s’esquive. Celui-ci apparaît endimanché (gants beurre frais, melon et canne à pomme d’or).

La scène démarre avec l’introduction duContrôleur, tout intimidé de se retrouver dans l’intimité d’Isabelle. Il est le premier personnage à s’exprimer, et veut tout d’abord imaginer qu’il est seul dans la chambre d’Isabelle, afin de goûter le plaisir qu’ il eprouve a se trouver dans son environnement. La contradiction entre ses mots et sa situation – il s’adresse quand même à Isabelle ! – crée un comique de situation subtil, d’autant qu’il estconscient du caractère divergeant de ses paroles : « «Pas un mot, mademoiselle ! Je vous en supplie, pas un mot ! Pour le moment, je ne vous vois pas, je ne vous entends pas. ». Il maintient : « Vous n’êtes pas dans votre chambre, et moi j’y suis. ». Il se met à décrire ce qu’il voit autour de lui. Le lyrisme avec lequel il dépeint ce qui l’entoure est teinté de prosaïsme, comme pour montrerqu’il contrôle ses émotions et son imagination : « .. ce secrétaire qui reprend ici son nom, qui représente pour moi l’essence du secret – le pied droit est refait mais le coffre est bien intact - ». Puis il evoque les qualités d’Isabelle, il la décrit comme l’archétype de la sincérité de la pureté, ce qu’il admire et ce qui l’attire amoureusement ; mais sa timidité le conduit à établir une distancevis-à-vis d’elle : il utilise la troisième personne du singulier, forme d’esquive du dialogue direct : « Car tout est vrai chez elle, et sans mélange » ; « C’est notre Parsifal ». Il se contient ainsi jusqu’à ce qu’il décide de reconnaître sa présence et d’entamer le dialogue avec elle: « Voilà, j’ai fini. Je voulais me payer une fois dans ma vie le luxe de me dire ce que je pensais d’Isabelle, de mele dire tout

haut ! ». En utilisant l’expression populaire « me payer le luxe de», il traduit son origine sociale modeste, et montre l’importance qu’il attache au fait de pouvoir dire tout haut ce qu’il éprouve à celle dont il est épris alors que sa « condition de classe » ne joue pas en sa faveur. Lorsqu’il en vient à s’adresser à elle, il feint d’y être contraint, maintenant cette distancequi est un moyen à la fois de se protéger de l’effort à fournir pour lui faire sa demande et de le déculpabiliser de ce qu’il a l’intention de lui dire : « Tant pis, mademoiselle, tant pis ! Il faut donc vous parler… ». Lorsqu’il explique la raison de sa visite, il invoque ses aïeuls, qui entrent dans son discours comme autant de garants et, peut-être, dans sa tête, autant de « supporters » de sadémarche. Il continue à s’appuyer sur eux pour demander la main d’Isabelle : « Votre main, Mademoiselle, ils ont l’honneur de vous demander votre main. ». Lorsqu’Isabelle répète la question : « Ma main ? », il est arrivé à mi-chemin de sa retenue puisque la demande en mariage vient d’être faite. Son émotion est intense, il lache une tirade de 15 lignes, formée de phrases fortement rythmées...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Tartuffe Acte III, scène 3
  • Molière
  • Le tartuffe acte iii, scène 3
  • Lorenzaccio, acte iii scène 3, que représente cette scène ?
  • On ne badine pas avec l'amour acte iii scène 3
  • Commentaire acte iii scène 3 amphitryon de molière
  • Introduction tartuffe acte iii scene 3
  • On ne badine pas avec l'amour acte iii scène 3

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !