intertextualité

267 mots 2 pages
Trois implications pour l’intertextualité interne.

Pour finir, nous pouvons inciter sur trois aspects et conséquences d l’oubli volontaire sous forme de l’allusion intertextuelle. La première conséquence est un effet recherché par le poète, qui, selon des modalités diverses, s’efforce de préserver le sentiment de la durée et de lutter contre l’érosion du temps. La poésie autophage, qui se nourrit d’elle-même en répétant les mêmes épisodes ou les mêmes mots, ressemble au serpent qui se mord la queue, antique symbole du temps circulaire. Dans cette temporalité circulaire, le temps n’a plus la possibilité d’altérer le souvenir. Les poèmes de Follain, dans le double sens de l’acception, « retiennent » son histoire : ils la gardent en mémoire, sous forme de trace mais également ils l’empêchent de s’écouler et de se dissoudre dans le néant d l’oubli profond.
Une deuxième conséquence du tissage et retissage de l’œuvre à partir de sa propre matière est la constitution progressive et cohérente d’un Moi poétique. Nous avons vu que les épisodes dédoublés en prose et en vers évoquent, dans leur quasi-totalité des expériences fondatrices de l’enfance (inventorier, représenter, écrire). Le poète, sans cesse, reconstruit son origine, dans une succession de textes qui, à chaque fois, redisent cette origine, tout en se présentant eux-mêmes comme originaux et premiers, du fait du travail de sape de l’allusion (qui débiographise » l’événement, comme nous l’avons vu). Nous passons donc d’un récit d’origine dans les auto-fictions à un mythe de la naissance du poète dans les poèmes. C’est bien en effet le principe constitutif du mythe que de voir son énoncé « toujours réitéré et indéfiniment réactualisé »

en relation

  • Intertextualité
    1381 mots | 6 pages
  • Intertextualité
    608 mots | 3 pages
  • Intertextualité
    839 mots | 4 pages
  • Intertextualité
    740 mots | 3 pages
  • L intertextualité
    448 mots | 2 pages
  • Intertextualité
    1493 mots | 6 pages
  • Intertextualité
    7169 mots | 29 pages
  • Intertextualité
    7005 mots | 29 pages
  • intertextualite
    4324 mots | 18 pages
  • Intertextualite
    1389 mots | 6 pages