Intervention militaire chinoise au tibet (1950-1951)

Pages: 6 (1303 mots) Publié le: 8 octobre 2012
En 1949, voyant que les Communistes prenaient le contrôle de la Chine, le Kashag expulsa tous les Chinois liés au gouvernement chinois, sous les protestations à la fois du Kuomingtang et des Communistes24.

Le 3 novembre 1949, le Kashag envoya une lettre au secrétaire d'État américain, Dean Acheson, lui demandant de soutenir l'adhésion du Tibet à l'ONU. Des appels similaires furent envoyés auxgouvernements indien et britannique. Le gouvernement indien donna comme argument contre cette candidature que l'URSS utiliserait son droit de veto au Conseil de sécurité, et que cette démarche agacerait la Chine inutilement. L'antenne du Foreign Office britannique à New Delhi était du même avis concernant l'URSS, et suggéra d'expliquer au Kashag la position des gouvernements occidentaux parl'intermédiaire du résident indien à Lhassa. Acheson souhaitait faire d'avantage pression sur l'Inde adressa un câble à Loy W. Henderson (en), ambassadeur américain en Inde. Quand K. P. S. Menon et Henderson abordèrent la question de l'admission du Tibet à l'ONU, Menon déclara, catégorique, que la requête du Tibet était sans espoir, et qu'un débat à l'ONU agiterait indûment la question tibétainerisquant de provoquer une réaction immédiate des communistes chinois. Un télégramme de Henderson à Acheson souligne qu'alors l'Inde avait pratiquement le monopole des relations étrangères et des communications tibétaines avec le monde non communiste25.

En septembre 1950, le général Liu Bocheng (en) et le représentant de la RPC au Sichuan, Deng Xiaoping, annoncèrent que le Tibet allait être « libéré »26.

Le 7 octobre 1950, le général Zhang Guoha, à la tête de 40 000 soldats, franchit la Drichu (le Yangtsé)27 en une demi-douzaine de points26.

Selon le journaliste Thomas Laird, à (Chamdo), le chef-lieu du Tibet oriental (Kham), les unités extrêmement mobiles de l’APL encerclèrent rapidement les forces tibétaines dépassées en nombre, et le 19 octobre 1950, 5 000 soldats tibétains avaientété tués, et la petite armée tibétaine se rendit. Après confiscation de leurs armes, les prisonniers reçurent des livres sur le socialisme, un peu d'argent, et furent renvoyés chez eux2. Selon les historiens chinois Jiaawei Wang et Nima Gyaincain, la bataille de Chamdo se termina le 24 octobre, se soldant par 114 soldats de l'APL et 180 soldats tibétains tués ou blessés28.

Ngabo Ngawang Jigme,commandant-en-chef de l'armée tibétaine et gouverneur de Chamdo, capitula le 19 octobre 1950. Désormais entre les mains de l'Armée populaire de libération, il envoya, le 9 novembre 1950, un télégramme au gouvernement tibétain à Lhassa, l'informant de la nécessité d'envoyer des émissaires à Pékin pour y engager des pourparlers 27.

L'APL continua ensuite sa progression en direction du Tibet central,mais s'arrêta dans son avancée 200 km à l’est de Lhassa, à l’endroit que la Chine appelle la frontière de jure du Tibet29,16.

C'est ici qu'ils s'arrêtèrent et exigèrent la « libération pacifique » du Tibet. L'APL, tout en possédant un avantage militaire écrasant, souhaitait éviter l'intervention d'autres puissances telles que les États-Unis 30, et également conquérir le cœur de la populationtibétaine.

Selon 14e dalaï-lama, l'APL n'attaqua pas les civils : « les Chinois étaient très disciplinés. Ils étaient comme les soldats anglais (en 1904). Même mieux que les Anglais, car ils ont distribué un peu d'argent (aux villageois et responsables locaux). Ils ont ainsi soigneusement tout planifié » 2.

L'APL envoya à Lhassa des prisonniers libérés (dont Ngabo Ngawang Jigme, le commandanten chef de l'armée tibétaine), pour convaincre le dalaï-lama de négocier. L'APL promit que si le Tibet était « libéré pacifiquement », les élites tibétaines garderaient leurs privilèges et leur pouvoir.

Le 7 novembre 1950, le gouvernement du Tibet envoya un appel aux Nations unies concernant l'invasion du Tibet par la Chine. Le Salvador, seul à soutenir le gouvernement tibetain, proposa une...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Syrie intervention militaire possible
  • Tibet
  • Tibet
  • Tibet
  • Le tibet
  • Tibet
  • Tibet
  • Le tibet

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !