Intervention paul fustier - irts paris - 2013

Pages: 11 (2604 mots) Publié le: 25 mai 2013
Intervention de Paul Fustier à L'IRTS Paris Île-de-France, le 15 février 2013 dans les modules analyse des pratiques.


J'ai commencé à travailler en 1958, comme psychologue dans un centre pour délinquants ; un peu éduc, un peu psy, une posture bâtarde qui marie mon intérêt pour la théorie et pour la vie quotidienne. J'ai ensuite introduit l'analyse des pratiques dans une écoled'éducateurs à Lyon. J'ai eu ensuite une carrière d'universitaire en psychologie, appuyée sur mon expérience pratique. Intervenant auprès de travailleurs sociaux et aussi en psychiatrie, j'ai surtout développé deux dimensions : les dispositifs dans les institutions, par exemple les repas, les réunions, les rencontres avec les familles, c'est à dire des tâches stables et organisées mais utilisées pour faireautre chose et qui prennent valeur clinique, psychique.
Deuxièmement, j'ai eu beaucoup de demandes par rapport à la crise : « mon institution devient folle, allô docteur, que pouvez-vous faire par rapports aux fonctionnements aberrants ? »
J'ai une longue expérience d'intervention dans les institutions, auprès de plus de 500, c'est mon terrain de pratique.
Je m’intéresse à laquestion du quotidien, aux anecdotes, au sens des anecdotes ; c'est un point commun avec François Hébert.
Ce que j'ai vécu, un événement qui accroche et qui laisse une impression désagréable, quelque chose échappe, de pas réglé, reste dans la tête et va ressortir à l'occasion d'une lecture.
Donc pour notre rencontre d'aujourd'hui, deux points : je n'ai pas de réponses, je ne peux quepenser les questions avec vous, pas apporter les réponses ; et je vous propose de partir d'anecdotes.


Naomi : mon anecdote est par rapport à ce que vous dites du don, contre don, du contrat salarial et de la position énigmatique. Lors d'un stage en CHRS une personne m'a invitée chez elle pour goûter les plats éthiopiens qu'elle cuisine et qu'elle voulait me faire découvrir. Je me suisdemandée si c'était ma place.
PF : pouvez-vous situer cette question du plat éthiopien / au contrat salarial ?
Naomi : ça se faisait dans ce CHRS, les éducateurs allaient manger chez les personnes accueillies quand ils étaient invités ; mais j'ai un autre exemple dans un hôpital psychiatrique, je participais à un atelier musique, atelier qui portait beaucoup de fruits, et j'ai apporté monpropre piano (un vrai piano). Est-ce trop dans le don ?
PF:je ne vous dirai pas si vous avez raison ou tort. Votre travail c'est par rapport à la richesse de ce qu'il faut analyser. Point méthodologique sur la recherche de sens : à quel moment on cherche ? Il y a une tradition chez les ES : se méfier du savoir, faire comme on sent, être spontané. Il me semble qu'il est important d'êtrespontané, de laisser faire comme on le sent. Et après vous réfléchissez ; donc vivre les choses puis donner sens et apprendre de l'expérience.
Dans la 1° et la 2° situation : d'abord le plat éthiopien. C'est intéressant le plat éthiopien ; le piano aussi c'est important, ça n'est pas du tout secondaire.
Prédominance des conduites en ricochet : l'ES fait quelque chose quand il accompagne, ilfait quelque chose qui est important pour lui et l'autre s'y intéresse. Dans l'exemple cette femme fait des plats éthiopiens, c'est important pour elle et il y a une modification du lien. Deligny pensait que la formation d'éducateur devait être l'approfondissement des passions. L'activité permet alors une présence proche. La personne sera à côté. On peut faire des entretiens ; avec les personnes peusensibles à l'intrusion on verra que les personnes changes. Mais avec les personnes très carencées affectivement il y a une terreur de l'intrusion, le rapproché, le regard, sont dangereux. Il faut trouver d'autres méthodes, substituer un autre type de lien. L'activité fait médiation, le plat éthiopien : une visée commune, c'est bon, la contiguïté produit du lien ; le plat c'est l'identité ;...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le marché des paris sportifs en ligne
  • L'histoire de rocroy saint-vincent de paul, paris
  • Fiche de lecture Le lien d'accompagnement, entre don et contrat salarial, de Paul Fustier
  • Fustier
  • Plan Intervention R Glementation Grades 23 11 2013
  • Comment peut-on expliquer la multiplication des interventions diplomatiques de jean-paul ii dans le monde ?
  • Commentaire d'arret 7 février 2013 Cour d'appel Paris
  • Jean-paul sartre, l’être et le néant, éditions gallimard, paris, 1943.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !