intro erik orsenna

602 mots 3 pages
Introduction :

« Voyage aux pays du coton - petit précis de mondialisation » fut écrit par Erik Orsenna. Erik Orsenna est né à Paris le 22 m ars 1947, et se nomme réellement Erik Arnoult. Il a choisi comme pseudonyme « Orsenna » car c'est le nom de la vieille ville du Rivage des Syrtes de Julien Gracq. Erik Orsenna est un romancier et académicien français.
Celui ci commença ses études à l'Institut d'étude politiques de Paris où il étudie la philosophie de science politiques, mais surtout l'économie. C'est en retournant en Angleterre ainsi qu'en étudiant à London School of Economics qu'il publie vers les année 70, son premier roman sous le nom d'Erik Arnoult et devient dans la même année docteur d’État. Ensuite, durant onze ans, il consacre la majorité de son temps à ses recherches ainsi qu'à l'enseignement dans le domaine de la finance internationale et l'économie du développement. Il passe donc dans plusieurs université et écoles comme l'université de Rouen, l'université de Paris I, l'école normal supérieure... Il est important de savoir qu'il a eu beaucoup de titres importants. Il a d'abord était en 1981, conseiller au ministère de la Coopération (auprès de Jean-Pierre Cot), son travail était de s'occuper des matières premières et des négociations multilatérales. A l’Élysée, deux ans plus tard (en 1983), il est le rédacteur des discours de François Mitterrand et conseiller culturel. En 1985, il quitte l'université afin d'entrer au conseil d’État. Et c'est dans les années 90 qu'il est ministre des Affaires étrangères et européennes auprès de Roland Dumas. Il traite donc, la démocratisation en Afrique et les relations entre l'Europe du Sud et le Maghreb. Enfin, il est actuellement conseiller d’État honoraire depuis Juillet 2000. De plus, il a beau avoir sa profession, cela ne l'empêche d'être, membre du conseil de surveillance du groupe Canal+ (en 2002), membre du conseil de surveillance de Telfrance (depuis décembre 2004) et membre du conseil

en relation

  • abeu
    20967 mots | 84 pages