Jacques le fataliste

741 mots 3 pages
Daniil Karpov Le 22 février, 2011.
J.M. Beausoleil
Jacques Le Fataliste
En moyenne, une personne lit neuf romans par année. Alors, si la durée d’une vie moyenne pour un canadien est de quatre-vingt-un ans, on lit environ six cents livres pendant notre existence. Le roman typique est un récit qui est raconté par un narrateur. Le récit est composé d’événements enchainé par les actions des personnages, ce qui constitue l’intrigue. À la fin de nos jours, chacun est amplement familiarisé avec la structure générale d’un roman. Mais évidemment, il y a des exceptions à cette structure. Diderot, l’auteur lui-même, disait que Jacques Le Fataliste s’agit d’un anti-roman. Après avoir lu cette œuvre qui est hors de l'ordinaire, je suis complètement en accord avec l’auteur. Pendant le récit, le narrateur de l’histoire donne fréquemment la parole au lecteur, ce que je n’avais jamais vu avant. La structure compliquée de Jacques Le Fataliste m’avait aussi surpris.
Premièrement, le lecteur est très impliqué au travers de l’histoire et joue un rôle de personnage secondaire. Comme le narrateur est toujours interrompu par quelque chose, le lecteur devient impatient et pose constamment des questions au narrateur car il veut savoir la suite. «Comment s’étaient-ils rencontrés? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils? Que vous importe?...» (p. 37) L’auteur réussit à construire une sorte d’intrigue quand il change d’une histoire à l’autre. Le narrateur insulte souvent le lecteur frustré et lui répond d’un ton ironique. «-Où? -Où? Lecteur, vous êtes d’une curiosité bien incommode! Et que diable cela vous fait-il? Quand je vous aurai dit que c’est à Pontoise ou à Saint-Germain […], en serez-vous plus avancé?» (p.62) Même des fois, le narrateur donne l’impression au lecteur qu’il a le pouvoir de choisir ce qui va suivre. Mais, bien sûr, cela est trompant.

en relation

  • Jacques le fataliste
    99914 mots | 400 pages
  • LA Jacques Le Fataliste
    2199 mots | 9 pages
  • Jacques le fataliste
    1525 mots | 7 pages
  • Jacques le fataliste
    1238 mots | 5 pages
  • Jacques le fataliste
    614 mots | 3 pages
  • Jacques le fataliste
    1465 mots | 6 pages
  • Jacques le fataliste
    1259 mots | 6 pages
  • Jacques le fataliste
    2950 mots | 12 pages
  • Jacques le fataliste
    3274 mots | 14 pages
  • Jacques le fataliste
    2279 mots | 10 pages