Je suis la de albert camus

799 mots 4 pages
Sculptures et iconographies Médiévales
(XI° - XIII°)

Au 8ème siècle, l'empire Français était le plus puissant des nouveaux États fondés après l'effondrement de Rome. Il atteignit sa plus vaste extension au début du 9ème s. Charlemagne suscite un renouveau culturel qui influença le développement de l'art médiéval.
Aux alentours de l'an 1000, malgré les menaces extérieures vikings et musulmanes les États chrétiens d'Europe commençaient à se relever. Au cœur de leur régénération était l'Église. Toujours plus imposant, surtout en architecture, l'art était encore presque exclusivement religieux. Une des conséquences fut une programme de construction de nouvelles églises en Europe de l'ouest. Donc un nouveau langage architectural fit son apparition assez vite: c'est le style roman.

Au cours des siècles et périodes qui précède l'art médiévale le rôle du chapiteau évolua du simple outil de soutien, en élément décoratif pour en fin servir à raconter une histoire. Le chapiteau est un élément architectural situé au sommet d’un l’élément porteur: exemple, une colonne ou un pilier. Il assure la jonction avec l’élément porté: C'est une nouvelle langue pour raconter des histoires surtout religieux en décorant les constructions à cet époque: par exemple la sculpture sur corbeille, ainsi que les façades et la principale production artistique à la période du romaine. La sculpture sur chapiteau se diffuse à partir de l'an mille. Dans les églises italiennes de la première moitié du 11ème siècle est repris le modèle corinthien, plus ou moins stylisé. D'autres lieux expérimentent les chapiteaux à entrelacs et à feuilles d'acanthe. Mais bientôt, les animaux et les figures anthropomorphiques apparaissent, même s'ils restent rares avant 1050. Les rois et les empereurs ont tenu donc une place importante dans la diffusion de cet art. À l’époque romane (du XI° au XIII°siècle), les chapiteaux d’église, de cloître ou de monastère étaient sculptés et souvent peints et se

en relation

  • Albert camus
    1266 mots | 6 pages
  • Albert Camus
    916 mots | 4 pages
  • Albert camus
    298 mots | 2 pages
  • Albert Camus
    497 mots | 2 pages
  • Albert Camus
    610 mots | 3 pages
  • Albert camus
    279 mots | 2 pages
  • Albert camus
    785 mots | 4 pages
  • Albert camus
    376 mots | 2 pages
  • Albert camus
    1090 mots | 5 pages
  • Albert camus
    399 mots | 2 pages