Jean-paul sartre, l’être et le néant, éditions gallimard, paris, 1943.

345 mots 2 pages
Cette crise mystique de ma 15ème année, qui décidera si elle « a été » pur accident du puberté ou au contraire premier signe d'une conversion future ? Moi, selon que je déciderai – à 20 ans, à 30 ans – de me convertir. Le projet de conversion confère d'un seul coup à une crise d'adolescence la valeur d'une prémonition que je n'avais pas prise au sérieux. Qui décidera si le séjour en prison que j'ai fait, après un vol a été fructueux ou déplorable ? Moi, selon que je renonce à voler ou que je m'endurcis. Qui peut décider de la valeur d'enseignement d'un voyage, de la sincérité d'un serment d'amour, de la pureté d'une intention passé, etc. ? C'est toujours moi, selon les fins par lesquelles je les éclaire. Ainsi tout mon passé est là, pressant, urgent, impérieux, mais je choisis son sens et les ordres qu'il me donne par le projet même de ma fin. Sans doute ces engagements pris pèsent sur moi, sans doute le lien conjugal autrefois assumé, la maison achetée et meublée l'an dernier limitent mes possibilités et me dictent ma conduite : mais c'est précisément parce que mes projets sont tels que je ré-assume le lien conjugal, parce que je n'en fais pas un « lien conjugal passé, dépassé, mort », mais que, au contraire, mes projets, impliquant la fidélité aux engagements pris ou la décision d'avoir une vie « honorable » de mari et de père, etc., viennent nécessairement éclairer le serment conjugal passé et lui conférer sa valeur toujours actuelle. Ainsi l'urgence du passé vient du futur. Que soudain (…), je modifie radicalement mon projet fondamental, que je cherche, par exemple, à me délivrer de la continuité du bonheur, et mes engagements antérieurs perdront toute leur urgence. Ils ne seront plus là que comme ces tours et ces remparts du Moyen-Age, que l'on ne saurait nier, mais qui n'ont d'autre sens que celui de rappeler, comme une étape antérieurement parcourue, une civilisation et un stade d’existence politique et économique aujourd'hui dépassés et parfaitement

en relation

  • Sartre
    9869 mots | 40 pages
  • Jean paul de sartre
    8200 mots | 33 pages
  • Jean paul sartre
    10481 mots | 42 pages
  • Camus et sartre: un duel de titan
    4167 mots | 17 pages
  • L’dee de l’analyse existentielle
    9621 mots | 39 pages
  • Sartre
    4615 mots | 19 pages
  • huis clos
    617 mots | 3 pages
  • Huis clos
    4427 mots | 18 pages
  • La Nausée - Fiche de lecture
    2376 mots | 10 pages
  • jean paul sartre
    6764 mots | 28 pages