jhkj

499 mots 2 pages
rfhbshhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh- hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh- hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
Con est un mot polysémique et un substantif trivial1qui désigne à l'origine le sexe de la femme. Au sens figuré, le mot con est aussi un mot vulgaire1 en général employé comme insulte en France et au Québec, mais dans un sens très atténué, voire amical, dans le Midi de la France. Il désigne une personne stupide, naïve ou désagréable, de même que ses dérivés « connard » et « connasse ». Con a aussi un emploi impersonnel, souvent dépréciatif dans les expressions « jouer au con », « bande de cons »,.... Le mot dérivé « connerie » désigne une erreur, une bêtise, la stupidité en général.

Obtenir le mot « con » en modifiant un panneau ou une enseigne est pour certains un jeu.
Con est également à l'origine du nom des confréries de Conards, sociétés festives et carnavalesques traditionnelles de Normandie, Auvergne, Bourgogne,....
Sommaire [masquer]
1 Étymologie
1.1 Étymologie latine
1.2 Lien avec leurs équivalents germaniques
1.3 Mots dérivés
2 Usage ancien
3 Usage contemporain et littéraire
3.1 Le personnage du con
3.2 Jeux sur la polysémie
3.3 Jeux sur la composition
3.4 Usage dans la chanson
3.5 Dans les films
3.6 Usage politique et militaire
3.7 Usages régionaux et expressions
3.8 Contrepèteries connues
4 Citations célèbres
5 Notes et références
6 Voir aussi
6.1 Articles connexes
6.2 Bibliographie
6.3 Filmographie
6.4 Musicographie
Étymologie

Étymologie latine
Con provient de l'étymon latin cunnus2(« gaine, fourreau », par analogie le sexe de la femme). Le terme ne semble pas vulgaire, au contraire : nam fuit ante Helenam cunnus taeterrima belli causa, sed ignotis perierunt mortibus illi, quos venerem incertam rapientis more ferarum viribus editior caedebat ut in grege taurus.
— Horace, Satires, I, 3

« Car la femme, bien avant Hélène, fut une terrible cause de guerre ; ils

en relation

  • Efzf
    290 mots | 2 pages
  • ethgtrgertgfgfgdfg
    1775 mots | 8 pages