Jiim

1386 mots 6 pages
La genèse des Pensées

I ] Présentation de l'œuvre.

Une œuvre inachevée

Œuvre inachevée. Son vrai titre aurait du être "l'apologie de la religion chrétienne". Dans ses écrits, il veut amener les incroyants à croire en Dieu. 800 fragments = Montre l'écrivain au travail Sa famille, témoin de cela, a voulu réunir tout ses écrits ( = fragments) et les a rassemblé en liasses dans une même œuvre. D'où le nom "pensées". Alors qu'on croit ouvrir une œuvre, on aborde une collection de fragments: si Pascal avait pu finir son projet, l'œuvre eu été différente, mais on ne saura jamais ce qu'aurait été : L'apologie de la religion chrétienne. La mort a donc empêché Pascal d'écrire cet ouvrage mais elle a donné naissance à une autre œuvre = celle que nous avons: Les Pensées.

Son édition A sa mort, sa famille découvre environ 800 papiers (fragments) qu'elle considère sans ordre, certains fragments sont a l'état de débauche. Réflexion inachevée. Un comité d'ordre de lecture se constitue, relie les fragments et se permet d'en achever certains : c'est l'édition de Port Royal éditée en 1670 et qu'ils appellent Pensées sur la religion et sur qql autres sujets, cette édition est celle de référence jusqu'en 1844. Au 19em s., on reprend les brouillons de Pascal et deux nouvelles éditions apparaissent: Havet, et Brunschvicg = le texte est vraiment fidèle au texte de Pascal, en revanche le classement n'est pas le bon. Au milieu du 20 em s., des spécialistes se sont penchés sur les écrits de la famille de Pascal notamment son neveu, Etienne Perrier, où ils apprennent que tout les fragments étaient "tous ensemble enfilés en diverses liasses; ces chercheurs ont trouvé deux copies qui signalaient l'existence et le résultat de ce travail en liasses: il y avait 60 dossiers dont 27 étaient des liasses titrées accompagnées d'une table des matières qui indiquait l'ordre dans lequel on les avait découvertes.=> preuve que Pascal avait

en relation

  • Petitlapinbleu
    8473 mots | 34 pages
  • Une introduction à l'islam
    53488 mots | 214 pages