John stuart

3217 mots 13 pages
Aucune connaissance sur l'auteur et ses principaux concepts n'est requise pour l'étude de texte à l'écrit au Baccalauréat. Comme ceci n'est pas un corrigé, mais une aide à la compréhension, il est possible de commencer par quelques références à l'histoire de la philosophie. - Stuart Mill (1806-1873) intervient dans un débat qui a eu lieu quelques 60 ans savant entre Benjamin constan, philosophe français et Kant.
En 1797, dans un recueil, Benjamin Constant affirmait: que le principe moral, dire la vérité est un devoir, était pris d'une manière absolue (= sans admettre d'exception)cela rendrait toute société impossible.
(Si dans un couple, dans une famille on décide de dire la vérité, de ne pas s'écarter de la vérité dans les réponses aux paroles qu'on nous adresse ... comment cela finira-t-il?)
- La même année (1797), Kant qui se sent visé (par Constant) dans son impératif catégorique qui commande absolument indépendamment des circonstances, monte au créneau pour se défendre et lui répond dans le petit texte Du prétendu droit de mentir: "La véracité (= ne pas s'écarter de la vérité dans ses paroles) est un devoir qui doit être regardé comme la base de tous les devoirs fondés sur un contrat et si l'on admet le mensonge dans la loi de ces devoirs, on le rend chancelante e inutile..."
Autrement dit le devoir commande absolument: il ne faut donc jamais s'écarter de la vérité consciemment, même si dire la vérité est une menace pour la vie d'un innocent.
1- La question: la règle sacrée qui commande de ne pas mentir dans ses paroles, dans ses rapports avec les autres homme souffre-t-elle des exceptions?
La règle sacrée qui commande de ne pas mentir souffre-t-elle des exceptions?
Problème: Comment ne pas mentir quand la vie d'un innocent serait préservée par le mensonge? Serait-ce moralement bon? Comment accorder d'une part que la règle est sacrée et admettre en même temps la possibilité d'une exception!
Intérêt philosophique pour la réflexion: quel est

en relation

  • John stuart mill
    1027 mots | 5 pages
  • John stuart mills
    1961 mots | 8 pages
  • John stuart mill
    1451 mots | 6 pages
  • Étude john stuart mill
    457 mots | 2 pages
  • John stuart mill, de la liberté
    856 mots | 4 pages
  • "La nature" de john stuart mill
    1268 mots | 6 pages
  • john stuart mill l'utilitarisme
    11270 mots | 46 pages
  • L'utilitarisme de john stuart mill
    536 mots | 3 pages
  • Explication de texte john stuart mill
    759 mots | 4 pages
  • Exercice philo : John Stuart Mill
    1085 mots | 5 pages