Jprevert

Pages: 7 (1660 mots) Publié le: 7 mai 2013
Une étrange rencontre

Il y a cent ans de cela, un soir d'automne, Jacques décida de faire halte à la vieille auberge qu'il venait de découvrir sur la route. Un vent froid s'était levé qui se glissait sous ses vêtements et le glaçait jusqu'aux os.
Jacques courut vers la porte de l'auberge. En entrant, une bouffée d'air chaud le prit au visage, bientôt suivie d'une bonne odeur de cuisine. Ilpénétra dans la salle et rencontra le regard de trois hommes, assis à une table, en train de dîner. Derrière un bar d’acajou rutilant, un grand gaillard aux joues rouges essuyait des verres.
« Bonsoir ! dit Jacques en prenant place à une table. Est-ce que je peux avoir une bonne soupe bouillante et de la viande ?
- Bien sûr ! Vous avez l'air transi, remarqua sur un ton aimable l'aubergiste endisparaissant dans la cuisine.
- C'est une bonne chose pour vous d'avoir fait halte ici ! Lança un client. On y est au chaud et en sécurité. Moi, je n'aimerais pas voyager dans cette contrée un soir comme celui-ci.
- Je ne m'arrête que pour dîner, expliqua Jacques à l'aubergiste qui
revenait de sa cuisine avec deux assiettes fumantes.
- J'ai encore beaucoup de kilomètres à faire...Un amim'attend à Mortefontaine.»
Il remarqua que les quatre hommes échangeaient des regards gênés.
«- Tu ferais mieux de lui dire, Pierre..., murmura l'un d'eux à l'aubergiste.
- Eh bien, jeune homme, fit ce dernier après s'être éclairci la voix, c'est de la pure inconscience que de se rendre à Mortefontaine ce soir. Il y a une sacrée trotte jusque-là ! Et puis la contrée est un vrai désert ; vous netrouverez rien d'autre que des rochers et des bois touffus de chaque côté de la route...
- Ne vous inquiétez pas ! Mes chevaux sont robustes, et ma calèche en excellent état !» Il rit, puis reprit : « Et je n'ai pas peur de voyager la nuit à travers bois ! De toute façon, mon ami m'attend, et il s'inquiéterait s'il ne me voyait pas arriver. »
Le silence retomba sur la salle tandis qu'ilcommençait à manger de bon appétit.
« Allez, vas-y, Pierre, dis-lui tout, reprit bientôt le deuxième client.
- Écoutez-moi bien, jeune homme ! Tout autour d'ici, c'est un étrange pays. Il est rude… sauvage... Je présume qu'il ne ressemble en rien à celui d'où vous venez.
-Oh, vous savez, à la ville, la vie peut être rude aussi, commenta Jacques avec un sourire.
- Pierre, parle-lui de la Filleule de laMort ! Insista le troisième client.
- Jeune homme, ce n'est pas contre les rochers et les arbres que j'essaie de vous mettre en garde, poursuivit l'aubergiste. C'est contre une créature que nous appelons ici la Filleule de la Mort. Par des nuits semblables à celles-ci, elle demande aux voyageurs de la laisser monter dans leur voiture et, au matin, on les retrouve morts. »
Jacques dévisagea leshommes qui l'entouraient : tous avaient l'air on ne peut plus sérieux. Puis il éclata de rire.
- « Vous me prenez pour un idiot ! Je ne vais pas me laisser impressionner par une histoire de fantôme !
- La Filleule de la Mort n'est pas un fantôme ! L’interrompit Pierre d'une voix grave. Elle n'a que la peau sur les os, c'est presque un squelette. Et quand elle pose ses mains osseuses et griffuesautour d'un cou... »
Jacques jeta sa serviette sur la table et repoussa sa chaise derrière lui. « La soupe était délicieuse ! Et votre histoire très intéressante ! Je ne l'oublierai pas pendant mon voyage. »
L'aubergiste haussa les épaules et prit l'argent que Jacques lui tendait. Tandis que ce dernier se dirigeait vers la sortie, il lui lança : «Bonne chance ! Et si quelqu'un vous supplie demonter dans votre voiture, surtout, ne vous arrêtez pas ! »
Le vent glacial assaillit brutalement Jacques tandis qu'il courait vers sa calèche.
Maintenant, la nuit était tombée, mais la pleine lune, entre deux nuages, éclairait suffisamment la route qui sinuait à travers les collines et les bois. Jacques se mit à fredonner pour se distraire de l'angoisse qui naissait en lui. Le froid vif ne...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !