Juan carlos onetti, la thérapie par l'écriture

5838 mots 24 pages
-------------------------------------------------
SOMMAIRE

I- INTRODUCTION :………………………………page 3
-Choix du sujet
-Plan

II- DEVELOPPEMENT :………………….…………page 4
-Pessimisme de l’homme écrivain
-Ecriture : projection de ses angoisses
-Ecriture : création d’une œuvre qui perdure

III- CONCLUSION :………………………… .………page 9
-Synthèse du travail réalisé

IV- BIBLIOGRAPHIE :………………………..………page 10

V- ANNEXES :…………………………… .…….……page 12

I) Introduction

Après avoir réalisé plusieurs recherches et après avoir lu différents ouvrages, nous avons découvert l’œuvre de Juan Carlos Onetti. Ce personnage décrit par les auteurs critiques, les journalistes ou les autres écrivains comme « el padre oculto e inquietante de la literatura latinoamericana » a tout particulièrement attiré notre attention. Son caractère marginal, sa vie personnelle, les titres de ses œuvres, les thèmes abordés… nous ont réellement intrigués. C’est donc pour cette raison que nous avons décidé de travailler sur cet écrivain, en nous attachant à son œuvre El pozo. Notre choix s’est porté sur cette nouvelle, tout d’abord par rapport à son titre, traduit en français par Le puits , et toute la symbolique que cela implique. Ce trou noir, ce rapport à la mort, lié à la bile noire de la mélancolie… tout ce pessimisme lié à la condition humaine, à l’existence, au temps qui passe. Liés aussi à cette image du puits, les thèmes de l’accès à la vérité, à la connaissance, et le thème de la vie. Ce titre chargé de sens nous a beaucoup plut. Cette ambigüité, à la fois ce côté obscur et ce thème de la communication, du vivant, nous a permis de penser à un lien étroit avec la mélancolie créatrice. C'est-à-dire, ici, une thérapie par l’écriture. En effet nous nous sommes demandés comment était-il possible de la part d’un écrivain de créer une telle atmosphère dans ses nouvelles, de décrire de manière si dure et si crue certaines choses,

en relation