Justevaleur

8274 mots 34 pages
Réflexion

Crise financière : le principe de Fair Value, (1) vrai ou faux coupable ? par Nicolas VÉRON Économiste, BRUEGEL

Olivier POUPART-LAFARGE

Les normes comptables, applicables par toutes les entreprises cotées européennes depuis 2005, ont fait l’objet de nombreux débats et controverses avant d’être validées et ont ensuite été soupçonnées d’être à l’origine de la crise financière actuelle. Le principe de la juste valeur est en effet contesté dans certaines de ses applications, en particulier quand il mène à valoriser un stock d’actions au cours de Bourse de la veille. D’aucuns regrettent également que les banques et les assurances y soient assujetties en dépit de leur spécificité. Cependant, après avoir exploré les tenants et aboutissants de cette normalisation à vocation mondiale, il semble bien qu’elle ait momentanément servi de bouc émissaire pour expliquer une crise sans doute révélatrice d’autres dysfonctionnements bien plus préoccupants du système financier global. C’est en tout cas la thèse de Nicolas Véron, qui est ici débattue.

Ancien directeur général délégué de Bouygues Membre des collèges de l’Autorité des marchés financiers et de l’Autorité des normes comptables

75
Gilbert GÉLARD Membre du Board de l’International Accounting Standards Board (IASB)

EXPOSÉ DE NICOLAS VÉRON (2)
Avant d’aborder la question spécifique de la fair value, ou “juste valeur” en français, commençons par quelques considérations générales. La comptabilité et ses normes servent à créer et façonner une information qui va permettre de prendre des décisions, notamment économiques. Or, dans le débat comptable, les décideurs ont des intérêts et des points de vue différents, parfois antagonistes, selon qu’ils sont investisseurs, conseillers, membres d’entreprises, auditeurs, régulateurs, etc.

Les investisseurs et les analystes
Les investisseurs eux-mêmes sont des acteurs dont les motivations ne sont pas toutes identiques. Par exemple, tel hedge fund

1.

en relation

  • juste valeur
    334 mots | 2 pages
  • Impact de la mise en place des normes ifrs
    32036 mots | 129 pages