Kant, l'insociable sociabilité de l'homme

555 mots 3 pages
Troisième proposition :

La nature a voulu que l'homme tire entièrement de lui-même ce qui va au-delà de l'agencement mécanique de son existence animale, et qu'il ne participe à aucune autre félicité ou à aucune autre perfection, que celles qu'il s'est procurées lui-même par la raison, en tant qu'affranchi de l'instinct.

La nature, en effet, ne fait rien de superflu et elle n'est pas prodigue dans l'usage des moyens pour atteindre ses fins. Qu'elle ait donné à l'homme la rai­son et la liberté du vouloir qui se fonde sur elle, c'était déjà l'indication de son intention en ce qui concerne la dotation de l'homme. Ce dernier devait dès lors ni être conduit par l'instinct, ni être pourvu et informé par une connaissance innée. Il devait bien plutôt tout tirer de lui-même. L'invention des moyens de se nourrir, de s'abriter, d'assurer sa sécurité et sa défense (pour lesquelles la nature ne lui a donné ni les cornes du taureau, ni les griffes du lion, ni les crocs du chien, mais seulement les mains), tous les divertissements, qui peuvent rendre la vie agréable, même son intelligence et sa prudence et même la bonté de la volonté, tout cela devait entière­ment être son propre ouvrage. La nature semble ici s'être complue dans sa plus grande économie et elle a mesuré au plus juste, avec beaucoup de parcimonie, sa dota­tion animale pour le besoin pourtant extrême d'une existence commençante; comme si elle avait voulu que l'homme, quand il se serait hissé de la plus grande inculture à la plus grande habileté, à la perfection intérieure du mode de penser, et par là (autant qu'il est possible sur terre) à la félicité, en eût ainsi le plein mérite, et n'en fût redevable qu'à lui-même; comme si également elle avait eu plus à cœur l'estime de soi d'un être raisonnable que le bien-être. Car il y a dans le cours des affaires humaines une foule de peines qui attendent l'homme. Il semble pour cette raison que la nature n'ait rien fait du tout pour qu'il vive bien, qu'elle ai] au

en relation

  • Kant
    325 mots | 2 pages
  • Kant
    2013 mots | 9 pages
  • "l'insociable sociabilité de l'homme"
    1722 mots | 7 pages
  • analyse texte kant insociable sociabilit
    1126 mots | 5 pages
  • Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolite de kant
    2402 mots | 10 pages
  • Les pensées de pascal
    5011 mots | 21 pages
  • Idée de sociabilisation chez l'homme
    1377 mots | 6 pages
  • Phiil
    11874 mots | 48 pages
  • La philosophie
    788 mots | 4 pages
  • Xcddv
    2861 mots | 12 pages