Kbt fiduciaire sa

1055 mots 5 pages
1'200'000 de CHF de commandement de payer en Suisse contre un employé qui n’a jamais attaqué sont employeur ni ne lui a porté préjudice de quelques manière que cela soit. Le mode opératoire de la fiduciaire nommée KBT Fiduciaire (KBT FIDUCIAIRE VAUD) en Suisse qui met aux poursuites un ancien employé pour assouvir une vengeance personnelle. Son « manager » incapable de développer les affaires depuis plus de 5 ans harcèle par tous les moyens son ex-employé qui lui développa en moins de 6 mois un portefeuille composés de grands clients de renom international qu’il n’a jamais été en mesure de développer de son propre chef. Frustré, jaloux de cette réussite et voulant s’accaparer le succès de son employé, Martin Märki se lance alors dans une gigantesque machination en créant des écris sur Internet pour faire croire à de la diffamation de la part de son ex-employé. KBT Fiduciaire SA basé à Zoug dans le canton de Zoug en Suisse comptait une succursale à Nyon et une boite aux lettres à Genève. L’administrateur se dit pro de la domiciliation, il domicilie des sociétés et tente de les gérer à grand peine (dixit Comédie musicale Suisse SA : En charge des Misérables de Victor Hugo) La société à fait l'objet d'un scandale et d'un article dans la presse car la troupe semblait ne pas avoir été payée. Dans ses activités la fiduciaire KBT à Nyon (KBT fiduciaire Vaud SA), avait engagé un simple employé qui s’est vu poursuivre à plus d’un titre après son licenciement pour aucun motif valable. Il reçoit en effet, pour une valeur de 1'200'000 de CHF de réquisitions de poursuites totalement non fondées, restant inscrites sur son compte de l’Office des poursuites. Chaque poursuite de 300'000 CHF est envoyée chaque année sans jamais être suivie puisqu’il est impossible à Martin A. Maerki (Martin Märki) de prouver l’origine des créances aussi fantaisistes les unes que les autres. En effet, la frustration et la vengeance ne font l’objet d’aucun article de loi dans

en relation

  • Kbt fiduciaire sa
    740 mots | 3 pages