Kgfdfg

Pages: 354 (88297 mots) Publié le: 12 novembre 2012
SUJET 1
SUJET NATIONAL, JUIN 2012, SÉRIE ES, DISSERTATION

Peut-il exister des désirs naturels ?

CORRIGÉ

Introduction Faire l’expérience du désir, c’est endurer la morsure du manque et traverser l’épreuve de l’insatisfaction : tout désir est une tension vers un objet désiré, dont la possession nous apparaît à chaque fois comme étant absolument nécessaire — en d’autres termes, quoi qu’undésir commande, il le commandera toujours impérativement. Seulement, il va de soi que les objets sur lesquels les désirs se portent ne sont pas uniformes, en sorte que l’exigence de satisfaction ne revêt pas la même nécessité objective, quelque également nécessaire qu’elle puisse sembler du point de vue subjectif : si mon désir de gloire n’est pas moins impérieux que celui de manger à ma faim,s’il peut même s’avérer plus impératif (le monde ne manque pas d’actrices que les exigences de la célébrité auront contraint à rester affamées leur vie durant), il est bien évident qu’on ne saurait mourir d’être un parfait inconnu, lors même que la famine peut facilement vous ôter la vie, pour peu qu’on s’y obstine. Mais alors, on peut à bon droit se demander s’il n’existe pas des désirs plus naturelsque d’autres : à l’évidence il y a des désirs dont la satisfaction, commandée par notre propre nature, est indispensable à notre simple survie ; d’autres appétits en revanche semblent pouvoir demeurer insatisfaits, à condition du moins que notre volonté ait assez de fermeté, et de constance. Ainsi, le désir n’est pas un terme univoque : tous les désirs ne sont pas naturels et nécessaire. Un tridevient alors non seulement possible, mais même souhaitable : si je ne puis donner satisfaction à tous mes appétits, mieux vaut savoir lesquels je dois combler absolument. À supposer alors qu’on puisse distinguer les désirs entre eux suivant le type d’objet sur lequel ils se portent (c’est-à-dire suivant la nécessité objective de leur satisfaction), à
22

Sujet 1 supposer même qu’il puisse yavoir des désirs contre nature, demeure toutefois intacte la question de la naturalité du désir lui-même : car enfin, s’il peut fort bien nous arriver de désirer quelque chose dont l’obtention n’a rien de vital, si autrement dit nous pouvons avoir des désirs qui n’ont rien de naturel, n’est-ce pas justement parce que nous ne sommes pas des animaux tout entier livrés aux impératifs de la survie ? Lanature de l’homme, n’est-ce pas d’avoir des désirs autres que simplement naturels ? Mais en ce cas, peut-on encore parler de nature ? Ne faudra-t-il pas bien plutôt dire que le désir est ce par quoi un être spirituel s’arrache de toute nature et se sépare sans remède de l’animalité ?

I. Des désirs naturels à la naturalité du désir 1. La sensation est la seule norme absolue Nous sommes des êtres dedésir, telle est notre nature ; mais cela ne signifie justement pas que tous les désirs soient eux-mêmes naturels : telle est la leçon qu’Épicure entend nous transmettre. Comme tous les êtres vivants en effet, nous sommes soumis à la polarité du plaisir et de la peine, qui viennent qualifier toute sensation (toute sensation est plaisante ou déplaisante, à quelque degré que ce soit) ; et comme toutêtre vivant, nous avons naturellement tendance à chercher le plaisir et à fuir le déplaisant. Tout plaisir est un bien, toute douleur est un mal : la sensation, juge infaillible de ce qui est agréable ou douloureux, est un guide qui ne saurait nous égarer et qu’il suffit de suivre sans s’en écarter. De ce point de vue, les animaux sont nos modèles : ils nous donnent à voir ce qu’est une vie orientéepar la sensation immédiate du plaisant et du déplaisant ; seulement, à la différence des animaux, les hommes possèdent un esprit, et une imagination. L’esprit les rend capable d’avoir des notions abstraites, qui doivent provenir des sensations pour être vraies. Par l’imagination en revanche, l’homme devient capable de se projeter hors de l’instant présent, c’est-à-dire hors du temps de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !