Kikiwis

5755 mots 24 pages
André Breton est un essayiste théoricien du surréalisme, poète et écrivain né à Tinchebray dans l'Orne, le 19 février 1896, mort à Paris le 28 septembre 1966.

Auteur des livres Nadja, L'Amour fou et des différents Manifestes du surréalisme, son rôle de chef de file du mouvement surréaliste, et son œuvre critique et théorique pour l'écriture et les arts plastiques, en font une figure majeure de l'art et de la littérature française du xxe siècle.

Sommaire [masquer]
1 Biographie
1.1 De la tentative d’un coup d’État poétique au Premier manifeste (1924)
1.1.1 Premières rencontres décisives : Valéry, Apollinaire, Vaché
1.1.2 Littérature - Les Champs magnétiques - Dada à Paris
1.1.3 Rupture avec Dada - Naissance du surréalisme - Premier manifeste
1.2 « Transformer le monde » et « changer la vie » (1925-1938)
1.2.1 La Révolution surréaliste - Nadja- Adhésion au PCF - Premières ruptures
1.2.2 « SASDLR » - Rupture avec Aragon - « L'Amour fou » - Rupture avec Éluard
1.3 De l’exil à l’insoumission (1939-1966)
1.3.1 Marseille - Martinique - New York
1.3.2 Haïti - Retour en France - Nouvelles polémiques et nouvelles expositions
1.3.2.1 Commentaires
2 « Un théoricien amoureux de la théorie »
3 Œuvres
3.1 Poésie et récits
3.2 Essais
3.3 Correspondance
3.4 Biographie
3.5 Essais, études et témoignages
3.6 Document audiovisuel
4 Voir aussi
4.1 Articles connexes
4.2 Liens externes
5 Notes et références
Biographie[modifier | modifier le code]
De la tentative d’un coup d’État poétique au Premier manifeste (1924)[modifier | modifier le code]
Fils unique d’une famille de la petite bourgeoisie catholique dont la mère impose une éducation rigide, André Breton passe une enfance sans histoire à Pantin (Seine-St-Denis)1, dans la banlieue nord-est de Paris.

Premières rencontres décisives : Valéry, Apollinaire, Vaché[modifier | modifier le code]
Au collège Chaptal, il suit une scolarité « moderne » (sans latin ni grec2), se fait remarquer par son professeur

en relation

  • Bilan acm
    1591 mots | 7 pages
  • Street marketing
    5289 mots | 22 pages