Kiko

Pages: 7 (1544 mots) Publié le: 19 février 2013
Les Misérables regorgent d’allusions à la vie de Hugo, au point que certains exégètes y voient une autobiographie camouflée.
La Maison Victor Hugo Paris
Succès planétaire, Les Misérables de Victor Hugo n’ont toujours pas révélé tous leurs secrets. Pour leurs 150 ans, retour sur les coulisses agitées d’un ouvrage majeur de la littérature française.

Commençons par une devinette : quel est levéritable prénom de Cosette (qui n’est qu’un surnom) ? Réponse : Euphrasie. Oui, Euphrasie.

Qui parmi nous le savait ? C’est là tout le paradoxe des Misérables, sans doute le plus grand roman français, dont tant de personnages – Jean Valjean, Javert, Gavroche… – imprègnent profondément l’inconscient collectif (combien de fois n’a-t-on pas entendu que les époux Balkany étaient les « Thénardierdes Hauts-de-Seine » ?) : on croit l’avoir lu (bien souvent ce n’était qu’une version abrégée), on en a vu (ou subi) nombre d’adaptations sur grand ou petit écran, mais, en réalité, on ne le connaît pas. La Maison de Victor Hugo avait même osé intituler l’une de ses expositions, en 2008, non sans un brin de provocation : « Les Misérables », un roman inconnu ?

A la veille du 150e anniversairede sa publication – le roman est paru le 30 mars 1862 -, retour sur les grands et petits secrets qui ont présidé à ce chef-d’oeuvre.

Un roman né d’un adultère.
Le 5 juillet 1845, un commissaire de police parisien, accompagné d’un mari courroucé, tape à la chambre d’un appartement de la rue Saint-Roch, à deux pas de la place Vendôme. A l’intérieur s’ébattent Victor Hugo et sa bonne amie LéonieBiard. Flagrant délit d’adultère. A l’époque, on ne badine pas avec ces choses-là : Léonie est incarcérée. Le poète d’Hernani, 43 ans, protégé par son immunité de pair de France, échappe, lui, à la prison. Mais pour éviter l’opprobre, il s’enferme à double tour chez lui, place Royale (aujourd’hui place des Vosges). Et comme il faut occuper ses jours, il se lance dans un roman. Son titre ? JeanTréjean. Rebaptisé un peu plus tard Les Misères.

Aucun plan.
Si invraisemblable que cela paraisse si l’on songe à la longueur (plusieurs millions de signes) et à la complexité de l’ouvrage (dont l’action court de 1794 à 1833, croise la bataille de Waterloo et les barricades de 1832, tout en brassant des centaines de personnages), Hugo se lance dans l’aventure sans le moindre plan préétabli. Ahsi ! On a retrouvé quatre lignes griffonnées dans un coin : « Histoire d’un saint. Histoire d’un homme. Histoire d’une femme. Histoire d’une poupée. » C’est tout.
Pas une ligne pendant douze ans.
Pris dans la tourmente de la révolution de 1848, Hugo suspend l’écriture des aventures de Cosette, Fantine et Valjean. Puis vient l’exil. Il faudra attendre 1860 pour que le patriarche de Guernesey note: « Tiré Les Misérables de la malle aux manuscrits. » Et sur le manuscrit, conservé à la Bibliothèque nationale, on peut lire, au milieu du chapitre « Buvard, bavard » : « 14 février 1848 (Ici, le pair de France s’est interrompu, et le proscrit a continué) – 30 décembre 1860, Guernesey. »

Table tournante.

Ce qui suit va sans doute porter un coup à tous les hugoliens rationalistes : letitre des Misérables, notre grand roman national, a été trouvé par une table tournante. On se souvient que, dans l’espoir de communiquer avec sa fille Léopoldine, morte noyée en 1843, le poète dialoguait avec l’au-delà lors de séances de parapsychologie familiale. Un système attribuant des lettres de l’alphabet au nombre de coups frappés par le pied de la table finissait par former des phrases. Etc’est ainsi que le 15 septembre 1853, à 19 h 30, la table tournante ordonne au poète : « Grand homme, termine Les Misérables ! » Ce nouveau titre trouvera sa résonance dans une célèbre phrase du roman : « Il y a un point où les infortunés et les infâmes se mêlent et se confondent dans un seul mot, mot fatal, les misérables ; de qui est-ce la faute ? »

Clins d’oeil.

Les Misérables regorgent...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Kiko
  • Kiko
  • kiko
  • Kiko
  • kiko
  • Kiko
  • les cas kiko
  • société kiko

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !