Kundera

768 mots 4 pages
A la suite d’une guerre froide opposant 2 formes politique, un courant littéraire est né amenant à donner un sens à l’existence. En effet, la culture postmoderne correspond à une période dans le temps mais aussi à un esprit nouveau, amenant une vision de la modernité lucide et ironique. Milan Kundera, né dans un milieu où l'art occupe la première place, fut une figure de proue de ce mouvement pour la liberté. Son œuvre L’ignorance décrit ici avec réalité et franchise la douleur de l’exil, la solitude et la nostalgie. Ces thèmes permettent de voir comment les personnages sont tiraillés entre l’envie de retrouver leurs pays d’origine mais la peur d’y retourner. Ensuite, l’émigration soulève la question de l’oublie qui advient lorsque le passé et le présent ce retrouve pour faire une coupure temporelle dans le temps, autan psychologique que physique. En effet, les personnages prouvent rapidement qu’ils ressentent de la nostalgie dans leur pays natal, mais aussi la douleur de l’ignorance causer par l’exile.

En premier lieu, on remarque que les personnages ressentent un dépaysement par rapport au pays qu’ils n’ont pas vu depuis 20 ans. D’une pars, ils remarquent que les retrouvailles avec le pays natal, elles s’avèrent douloureuses vue que le seul lien avec leurs pays est du a un passé antérieur. Par exemple, Irina exilée à Paris n’est pas retournée dans son pays natal depuis 20 ans. En arrivant, elle va avec des amies au bar. Elle essaye de leur parler de sont passer en dehors de la Tchécoslovaquie, mais aucun s’intéresse a ces propos comme si cela n’était point important car elles n’étaient pas la : «Elle essaie délicatement de reprendre les sujets qu’elles avancent et de les faire bifurquer vers ce qu’elle voudrait leur dire, mais elle échoue : des que ses propos s’éloignent de leurs préoccupations, aucune de l’écoute» (p.46-47). La citation montre qu’elle n’est pas à l’aise, elle ressent un obstacle de temps comme si son pays n’était qu’un souvenir qui n’a

en relation

  • Kundera
    1615 mots | 7 pages
  • Kundera
    818 mots | 4 pages
  • Kundera, identité
    3568 mots | 15 pages
  • L'ignorance de kundera
    465 mots | 2 pages
  • Kundera
    433 mots | 2 pages
  • Milan kundera
    410 mots | 2 pages
  • Milan kundera
    7441 mots | 30 pages
  • Milan kundera
    6011 mots | 25 pages
  • Rédaction Kundéra
    851 mots | 4 pages
  • Milan kundera
    653 mots | 3 pages