La brulade

543 mots 3 pages
6/ la diffusion des idées nouvelles se fait grâce à l’essor des salons et des cafés littéraires où les conversations lors des dîners permettent des débats (doc 8) mais aussi grâce à l’essor de la presse, notamment de périodiques littéraires et scientifiques qui font le compte-rendu des activités intellectuelles. Elle se fait également par les correspondances entre les philosophes et les personnalités importantes comme entre Voltaire, l’impératrice de Russie et l’ambassadeur de Russie à Paris (doc 6).
Un autre moyen de diffusion des idées nouvelles est le tour d’Europe, appelé « Grand Tour », que les jeunes gens de bonne famille faisaient pour parfaire leur formation et lors desquels ils avaient l’obligation de visiter des personnalités et notamment des philosophes comme Voltaire (doc 7)

La diffusion des idées nouvelles se fait aussi grâce aux œuvres à succès. Afin de propager le savoir scientifique du temps et les idées des Lumières, Dideront et d’Alembert ont élaboré avec 120 collaborateurs l’Encyclopédie
Par leurs publications et les concours qu’elles organisent, les académies contribuent également à cette diffusion. On débat aussi dans les loges maçonniques qui sont des sociétés de pensée aux rites secrets dont les membres appelés francs-maçons se consacrent à la réflexion philosophique.

7/les livres circulent entre les philosophes eux-mêmes. Rousseau envoie son Discours à Voltaire qui lui donne son avis (doc 9). Mais ils circulent aussi entre les philosophes et les personnalités importantes qui échangent sur leurs lectures (doc 6). Voltaire lui-même écrit pour faire connaître en France les théories d’un savant anglais, Newton.

8/ « Je vois avec plaisir qu’il se forme dans l’Europe une république immense d’esprits cultivés ». Voltaire constate que se développe en Europe un réseau international de personnes cultivées qui débattent et diffusent leurs idées dans les salons, les cafés et à travers la presse.
Lors du Grand Tour d’Europe réalisé par les

en relation

  • Chronologie de gustave flaubert
    186117 mots | 745 pages