La bruyere

808 mots 4 pages
La Bruyère De l’homme « Gnâthon »

Dans les Caractères, œuvre unique et singulière, ou les mœurs de ce siècle, La Bruyère nous présente, entre autres, un certain nombre de portraits visant à caractériser les hommes de son époque. Observer « les caractères » d’un certain nombre d’individus permet en effet à ses contemporains, en riant de leurs propres vices, de s’améliorer. Mais aussi, de façon plus large, et dépassant son propre siècle, La Bruyère décrit l’être humain et ses singularités. « Gnâthon », issu du fragment « De l’homme » se présente ainsi comme un homme tellement décalé par rapport aux codes de la société que ses vices sautent aux yeux du lecteur. Ce caractère révèle, par le talent de La Bruyère, la limite entre le rire et le dégoût vis-à-vis d’un être caricatural et grossier. Afin de tenter de comprendre le sens du texte, nous aborderons tout d’abord la notion de comique, issue du portrait de Gnâthon, avant de mettre en valeur les aspects satiriques qui mènent peu à peu le lecteur à un rejet de cet homme haïssable et plus généralement de tout homme de ce type.

I- Portrait comique

1) Comportement bestial, goinfrerie du personnage.

- Glouton = pille la table, métaphore militaire « pille la table », les mains symbole d’avidité. Comparaison à l’animal = énumération des verbes avec gradation = caractère bestial. Bruits en mangeant (« manger haut et avec grand bruit »)
- Personnage de farce, homme dégoûtant, goinfre, mise en scène très réaliste ( le lecteur visualise ce goinfre).

2) Le portrait de Gnâthon passe par une mise en scène comique

- Il joue un personnage (« il oublie » = ironie de l’auteur qui nous révèle que le personnage sait ce qu’il fait)
- Volonté de mettre en scène le grossier personnage (les sources). Construction de la phrase qui mime les déplacements du personnage jusqu’à la chute « on le suit à la trace »
- L405 « si on veut l’en croire » traduit la comédie du personnage
- « pâlit, tombe en faiblesse » =

en relation

  • la bruyère
    684 mots | 3 pages
  • La bruyere
    3500 mots | 14 pages
  • La bruyére
    803 mots | 4 pages
  • La bruyère
    1050 mots | 5 pages
  • Bruyère
    595 mots | 3 pages
  • La bruyère
    6674 mots | 27 pages
  • la bruyère
    413 mots | 2 pages
  • La bruyère
    867 mots | 4 pages
  • La bruyère
    5755 mots | 24 pages
  • La bruyère
    647 mots | 3 pages