La charogne, baudelaire, analyse

531 mots 3 pages
Introduction Problématique : Comment Charles Baudelaire pressent-il qu’au fond de la laideur peut germer l’ébauche de la beauté d’un monde gracié ? En quoi cette présentation paradoxale crée-t-elle de l’ironie ?

Explication du texte I – La fusion du laid et du beau et l’ironie qui s’en dégage

1.1 Le choc des oppositions
- Antithèses et rimes antisémantiques : « beau matin d’été si doux » -> « charogne infâme » + « mon âme » qui désignent la femme et rime avec « infâme »
- Oxymores à effet ironique « carcasse superbe »
- Antithèse qui crée des chocs d’atmosphère et marque la distance ironique : « soleil rayonnait sur cette pourriture »
-> opposition et association de 2 CL incompatibles, ironie mais aussi façon de traduire l’indissociable lien entre le beau et le laid, entre les « fleurs » et le « mal » : voir la comparaison « comme une fleur s’épanouir » + ironie de l’utilisation de « cuire »
-> déplacement vers le culinaire alors qu’on n’a pas faim devant un tel tableau… 1.2 Le tableau de l’horreur
- Lexique de la vermine exagérément développé : « mouches, larves… »
- Gaieté ironiquement associée à ce monde de la décomposition « en pétillant, vivait en se multipliant » (paradoxe de la vie qui naît de la mort, effet presque surnaturel, renforcé par « étrange musique ») + « vivants haillons »
- Réorganisation de la vie à partir de la matière de la mort « noirs bataillons ».

II – Comparaison de la femme et de la charogne, suite de l’ironie grinçante

2.1 Les association de l’érotisme et de la mort (Eros et Thanatos)
- Allusions à connotations sexuelles : « jambes en l’air, femme lubrique »
- « brûlante » -> double sens, celui de la fièvre qui conduit à la mort, mais aussi celui du feu du désir.
- « son ventre » -> siège de la sensualité de la femme
- Cynisme des associations verbales désignant l’amour « manger de baisers »

2.2 Le faux éloge romantique, la vraie comparaison cynique
- Multiplication des apostrophes

en relation

  • Une charogne de baudelaire- analyse des strophes
    926 mots | 4 pages
  • Analyse Une charogne (Charles Baudelaire)
    496 mots | 2 pages
  • Une charogne de Baudelaire
    735 mots | 3 pages
  • Lecture analytique
    2506 mots | 11 pages
  • Lecture analytique une charogne de baudelaire
    2101 mots | 9 pages
  • Une charogne de baudelaire
    2037 mots | 9 pages
  • Une charogne
    2092 mots | 9 pages
  • lecture analytique une charogne baudelaire
    2505 mots | 11 pages
  • Commentaire de texte, une charogne
    1951 mots | 8 pages
  • La mort
    1932 mots | 8 pages