la chaudronnerie

1814 mots 8 pages
Spécialisations de la chaudronnerie[modifier | modifier le code]Au début du XXe siècle, après la découverte du four convertisseur Bessemer permettant la fabrication d’acier doux, la chaudronnerie se divise en deux grandes branches : la chaudronnerie en cuivre et la chaudronnerie en fer. Aujourd’hui, c’est l’épaisseur, plutôt que la nature du métal travaillé, qui entraîne les spécialisations suivantes :

Ferblanterie et chaudronnerie légère : travail du fer blanc et de tous métaux, cuivre, laiton, maillechort, d’épaisseur inférieure à 1 mm.
Tôlerie, et ses branches diverses : industrie automobile et carrosserie, aviation, ventilation, fumisterie, où sont traités les métaux de 1 à 3 mm d’épaisseur.
Chaudronnerie moyenne, pour les réservoirs, citernes, et tous appareils nécessitant des épaisseurs de 10 à 50 mm.
Grosse chaudronnerie enfin, où l’on construit des équipements à pression / température (hydrocraqueur), soumis ou non à l'action de la flamme (respectivement chaudière et réacteur nucléair), structure offshore, pont et ouvrage d'art de très fortes épaisseurs, au-dessus de 50 mm et pouvant aller jusqu'à 500 mm.
La production ancestrale du chaudronnier[modifier | modifier le code]Si les familles aisées mangeaient dans de la vaisselle d'argent et possédaient vases, aiguières, pichets en étain, par contre, l'ensemble de la population utilisait toutes sortes de récipients en cuivre, pour un usage quotidien, d'où l'importance du travail des chaudronniers. Chaque foyer tenait en permanence son chaudron sur le feu, pour y faire cuire la soupe et toutes sortes de légumes. Ces chaudrons à tout faire, omniprésents, et utilisés par des familles nombreuses, pesaient parfois jusqu’à 30 kg. On voit qu'il y avait du travail pour cette corporation. Outre les fameux chaudrons, on peut citer, pour l'usage domestique :

Les batteries de casseroles, marmites, braisières, tourtières et chaudrons.
Les seaux (ou ferrats) pour aller quérir de l'eau au puits.
Les fontaines en

en relation

  • chaudronnerie
    415 mots | 2 pages
  • Chaudronnerie
    500 mots | 2 pages
  • Rapport en chaudronnerie industrielle
    569 mots | 3 pages
  • Rapport de stage en chaudronnerie tci
    2887 mots | 12 pages
  • Tci bac pro chaudronnerie
    969 mots | 4 pages
  • Rapport de stage en chaudronnerie tci
    402 mots | 2 pages
  • rapport de stage bac pro chaudronnerie
    1793 mots | 8 pages
  • Synth se Chaudronnerie Version Avril 2014
    2767 mots | 12 pages
  • rapport de stage bac pro chaudronnerie
    1125 mots | 5 pages
  • Referentiel tci
    38952 mots | 156 pages