La comédie, pour corriger les moeurs, doit-elle passer par la souffrance des personnages: dissertationdoit-elle

Pages: 10 (2437 mots) Publié le: 13 mars 2011
Jeudi 3 février 2011
1er2 Es

Dissertation

Sujet :
Jean Vilar, lors de sa mise en scène du Triomphe de l’amour, en 1956, au TNP qualifiait ainsi l’auteur des acteurs de bonne foi : « Marivaux-le-cruel ». Pensez- vous que, pour corriger les mœurs, la comédie doive passer par la souffrance des personnages ?

Note :

Prendre plaisir à voir et faire souffrir, voilà peut-être unedéfinition de la cruauté. A celle-ci ne peut se rapporter que la souffrance qui correspond à la douleur physique ou morale de celle ou de celui qui souffre. Cette souffrance peut parfois s’apparenter aux personnages de la comédie (du fait que dans la comédie, les personnages sont régulièrement amener à souffrir, physiquement ou moralement). Celle-ci se définit dès l'Antiquité, par opposition à latragédie, comme un genre de divertissement, souvent porteur d'une satire sociale, plutôt tournée vers la bourgeoisie. Elle acquiert ses lettres de noblesse au XVIIe siècle, avec la grande comédie en alexandrins. Cette même comédie, qui donc parfois utilise la souffrance des personnages, peut servir d’appuie pour corriger les mœurs. Néanmoins, il semble légitime de se demander si la comédie, pourcorriger les mœurs, doit forcément passer par la souffrance des personnages ? Il apparait dans un premier temps que oui, la comédie doit passer par la souffrance pour corriger les mœurs. Néanmoins la comédie peut certainement s’appuyer sur d’autres ressorts pour effectuer cette correction.

Effectivement, la souffrance permet de corriger les mœurs. Tout d’abord car celle-ci déstabilise lespersonnages afin de les faire évoluer et ensuite car la souffrance permet aux personnages d’accéder à certaines vérités. En effet la souffrance amène la déstabilisation des personnages dans le but de les faire « progresser » : dans L’îles des esclaves de Marivaux l’inversion de la hiérarchie sociale amène Iphicrate (général athénien) à prendre la place de son esclave Arlequin (Iphicrate devient Arlequinet Arlequin devient Iphicrate) une fois arrivé sur la fameuse île. La chute sociale du général athénien est aperçue par la perte de son épée et de ses habits de maître. Toutes les épreuves infligées à Iphicrate vont le faire souffrir physiquement et moralement. Ce qu’il va endurer dans son nouveau statut va l’amener à devenir meilleur. En effet, celui-ci libérera Arlequin de sa condition d’esclave.On pourrait dire de même pour les deux autres résidants de l’île. Euphrosine (dame athénienne) va elle aussi se retrouver à la place de son esclave et servante Cléanthis pour finalement l’affranchir de son statut d’esclave et lui proposer le partage de ses biens. Néanmoins, le séjour sur cette île ne fera pas évoluer que les maîtres. Arlequin et Cléanthis vont également souffrir d’une certainemanière. Même s’ils se retrouvent dans une position plutôt avantageuse ils éprouvent des remords (et par conséquent souffrent) à faire souffrir leurs maîtres. Arlequin dira à Iphicrate : « Je ne te ressemble pas, moi, je n’aurais point le courage d’être heureux à tes dépens. » On constate donc bien qu’Arlequin et Cléanthis ont évolués puisqu’ils ne cherchent pas à se venger de leurs maîtres. Parailleurs l’idée que la comédie doit passer par la souffrance pour corriger les mœurs s’entrevoit aussi très clairement dans la pièce George Dandin ou le Mari confondu de Molière. George Dandin (riche paysan) mari d’Angélique (fille de M. de Sotenville) va être confronté à diverses situations qui vont le faire souffrir. Il va découvrir que sa femme a un amant (Clitandre), il va injustement se fairefrapper à coups de bâton par Angélique, etc. Toutes ces terribles « péripéties » vont faire de lui, un être meilleur dans le sens où elles ont pour but de le rendre moins prétentieux. En effet il était un peu prétentieux pour George Dandin, déjà riche paysan, de vouloir améliorer son statut social en se mariant avec la fille de nobles. De plus, dans Les acteurs de bonne foi de Marivaux, le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La souffrance des personnages dans la comédie
  • Le personnage de comédie :
  • L'école des femmes de molière, un comédie de moeurs.
  • Personnages de comedies et tragedies au xviii
  • Le personnage de la paysanne dans la comédie
  • Peut on s'identifier au personnage de comédie?
  • Doit-on tout faire pour abolir la souffrance ?
  • Un personnage de roman doit il réussir

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !