La concience

Pages: 9 (2010 mots) Publié le: 11 janvier 2011
I. Notre représentation de la réalité ne reflète pas adéquatement la réalité

1) Les défauts inhérents à nos organes sensoriels

Sextus Empiricus et les sceptiques antiques (Pyrrhon) remarquent que certains voient mieux de loin que de près, tandis que pour d'autres, c'est le contraire ; les daltoniens ne distinguent pas les couleurs, alors que d'autres les distinguent ; quant aux aveugles,ils ne voient rien du tout. D'une personne à l'autre, les perceptions diffèrent considérablement ; et on ne voit pas du tout pour quelle raison on jugerait « faux », « inexact » ou « erronné » le sentiment de telle personne, qui diffère du nôtre. Nous ne pouvons pas, en effet, accéder directement (par télépathie) aux sentiments et aux pensées d'autrui : dès lors, juger les sentiments d'autrui nepeut jamais s'opérer de manière éclairée. Un tel jugement est toujours injuste. Par esprit de justice, alors, nous devons accepter comme également pertinentes toutes les impressions qu'un même objet peut provoquer. A ce stade, devant telle fleur (ci-contre, une joubarbe) que l'un qualifie de « rose », l'autre de « carmin », le troisième de « pourpre », le cinquième « d'incarnat », le sixième de «rouge », nous ne pouvons absolument pas décider si cette fleur est rose. Plus exactement, il est possible qu'elle ait une couleur déterminée, mais nous ne pouvons pas connaître cette couleur.

Nous devons donc, à ce sujet, réserver notre jugement - ou plus exactement, nous devons cesser de nous fier à nos sensations. Lorsque je vois cette fleur rose, cette perception est immédiate et s'opère, enquelque sorte, malgré moi ; mais me fier à cette perception, l'accueillir comme « vraie », constitue un mouvement de la pensée très différent de la perception elle-même (voir aussi le cours sur la vérité). On peut appeler ce mouvement « assentiment ». Opérant alors une distinction conceptuelle entre sensation et assentiment, les sceptiques remarquent que nous ne pouvons rien faire pour empêcher nossensations, sauf à supprimer nos organes sensoriels, à nous arracher les yeux et à nous boucher les oreilles. En revanche, il nous est possible, par la volonté, de retenir notre assentiment, et même de le suspendre. Cette suspension de l'assentiment, précepte central de la philosophie sceptique, se nomme épochê.

Il est évidemment possible de contester cet argument sceptique en l'appliquant àlui-même : dans la mesure où nous n'avons connaissance des opinions des autres que par le biais des perceptions (c'est par l'ouïe que nous prenons connaissance de leurs paroles), et dans la mesure où nos perceptions sont douteuses, alors on ne voit pas du tout pourquoi on se fierait à nos perceptions lorsqu'elles nous informent de l'opinion des autres !

Les sceptiques répondent par un autreargument : sans en référer à autrui, un même objet présente, pour une même personne, différentes propriétés selon les circonstances et les époques. Ainsi, le vin paraît doux au bien portant et amer au malade ; les endives paraissent répugnantes aux enfants et appétissantes aux adultes. Pour une même personne, d’un moment à l’autre, le monde paraît tellement différent (en raison de la diversité desorganes et des états) que tout se passe comme si on changeait de monde. Ce à quoi l'on pourrait encore répliquer : pourquoi donc nous fier à notre mémoire alors que nous mettons en doute nos perceptions ?

Ecartant alors les autres et le souvenir, nous en tenant au présent et à l'individuel, reste encore un grave problème, là encore soulevé par les sceptiques. Dire de cette fleur qu'elle est «rose », « rouge » ou tout autre couleur, est excessivement réducteur. Si nous voulons être plus précis, nous allons voir des nuances qui nous avaient échappé au premier abord : ici une touche de blanc, là un point gris, ici un détail marron, là une striure prune. A y bien regarder, tous les objets se présentent comme des composés et on ne voit pas du tout pourquoi ni comment nous pourrions...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La concience
  • Cours sur la concience
  • La concience et l'inconcient
  • La concience animal

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !