la conscience selon rousseau

Pages: 43 (10669 mots) Publié le: 5 janvier 2014
vNous débutons notre parcours de la conscience entendue cette fois comme conscience morale, avec la thèse que Rousseau soutient dans le texte bien connu que vous trouverez ici si cela vous intéresse. L'intérêt de ce texte est qu'il met bien en lumière l'une des tensions qui existent au sein du projet des Lumières. Si l'on considère que ce qui définit les Lumières, c'est le fait de fonder (ou dechercher à fonder) la totalité du savoir et de l'agir humain sur l'usage exclusif, par chaque homme, de ses propres facultés (ce qui exclut d'un même geste le recours à la tradition et à la Révélation religieuse), alors le texte de Rousseau est une stricte émanation des Lumières. En revanche, si l'on cherche à fonder tout l'édifice sur l'usage de la raison, alors le texte de Rousseau introduit unedistorsion du projet.
Je reviens ici brièvement sur l'opposition Kant / Rousseau que nous avions présentée dans le cours sur vérité et morale. Chez Kant, la raison seule peut nous indiquer, par le "test d'universalisation" imposé par la "Loi morale", ce qu'est l'action morale ou immorale. La Loi morale s'énonce : "Agis toujours de telle sorte que la maxime de ton action puisse être établie enloi universelle". Pour savoir ce que je dois faire, je n'ai pas besoin de consulter un "sentiment" intérieur, je dois établir si la règle que je suis dans mon action peut être appliquée par tous les hommes : la raison peut donc servir de socle à la morale. Pour savoir si une action est morale, je n'ai qu'à raisonner : est-ce que la règle que je suis pourrait être appliquée par tous les hommes sansque j'aboutisse à des absurdités ou des contradictions ? Par exemple : je me demande si le fait de resquiller à la cantine est moral. Je n'ai qu'à me demander à quoi l'on aboutit si tous les individus se mettent à passer les uns devant les autres... situation absurde (et contradictoire, évidemment). Mon action est donc immorale.
Chez Rousseau, ce n'est pas le cas. Rousseau ne pense pas que laraison puisse nous dire ce qui est bien, ce qui est mal ; il ne pense pas non plus que la raison puisse nous dire si je dois faire le bien ou choisir le mal. Ce qui ne signifie évidemment pas que, pour Rousseau, le bien et le mal soient affaire d'opinion individuelle ; bien au contraire, l'instance qui nous permet de distinguer le bien du mal (le "principe de justice"), l'instance qui nous commande dechoisir le bien (le "principe de vertu") est absolument universelle pour Rousseau. Elle parle en chaque homme, et de la même façon. Mais il ne s'agit pas de la raison : il s'agit de la conscience.

La voix de la conscience doit donc être distinguée de toutes les "maximes" (règles d'action) que nous produisons, que nous construisons (avec le secours plus ou moins légitime de la raison). Tout cequi s'énonce dans une règle, dans un langage articulé, dans une loi explicite, est déjà de l'ordre du "logos", c'est-à-dire à la fois du discours et de la raison. Pour Rousseau, la voix de la conscience n'est pas de l'ordre d'une maxime rationnelle, mais de l'ordre d'un sentiment.  Par ailleurs, la voix de la conscience n'est pas le produit d'une construction effectuée dans le langage (elle seraitalors "acquise") : c'est un principe inné. Enfin, si les maximes que je construis peuvent être déterminées par l'état de la société dans laquelle je vis (elle serait donc culturelle), la voix de la conscience est, elle, inscrite de la même façon dans la nature de l'homme : elle est naturelle.
La conscience est un sentiment inné et naturel : en tant que telle, elle ne peut être qu'universelle.Il se peut donc que les maximes, forgées à l'aide de la raison, dans un contexte social déterminé, entrent en conflit avec la voix de la conscience : il suffit que ces maximes reposent sur des principes contraires à la conscience. Mais attention : pour Rousseau, nos maximes peuvent éventuellement contredire la voix de la conscience, elles ne peuvent pas la corrompre ! La conscience, en tant que...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La démocratie selon rousseau
  • L'état de nature selon rousseau
  • L'homme est bon selon rousseau
  • La loi selon rousseau
  • La conscience selon nietsche
  • Liberté selon descartes et rousseau
  • Rousseau selon Marx
  • La conscience selon Descartes

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !