La corse entre régionalisme et nationalisme

270 mots 2 pages
Evidemment, puisqu’il y aurait une croissance authentique des activités. Et puis on peut rechercher dans le domaine de la finance par exemple ou dans le domaine du tertiaire, du service, dans le domaine culturel. De plus en plus l’économie se dématérialise. On pourrait imaginer beaucoup de choses, s’il n’y avait pas aussi cette fuite de matière grise vers le continent. Tout cela dépend en réalité d’une seule chose. On a tellement raconté d’histoire sur les subventions, sur l’Etat, alors que la prospérité, la croissance ne dépend que d’une seule chose : le droit de propriété.

Si le droit de propriété est respecté, au sens large, vous avez de la croissance. Or, le droit de propriété en Corse n’est pas respecté parce que d’abord il y a la fiscalité française qui est une atteinte au droit de propriété : il ne faut jamais oublier que l’impôt est une atteinte au droit de propriété, toute réglementation des prix est une atteinte au droit de propriété, la subvention d’une certaine manière également puisqu’elle ne vient pas de nulle part ; donc la liberté elle-même dépend du droit de propriété, vous ne pouvez être assurés d’être libres si vous n’êtes au moins propriétaire de votre corps, la liberté c’est la propriété de soi. Il n’y a pas de secret à la croissance. La Corse si elle est indépendante, qu’elle abandonne la politique étatique française et trouve un véritable outil économique qui respecte le droit de propriété avec toutes ses conséquences fiscales, réglementaires, est assurée de la

en relation

  • Partie d'exposé la corse entre régionalisme et nationalisme
    907 mots | 4 pages
  • Corse
    3892 mots | 16 pages
  • L'art
    1299 mots | 6 pages
  • Le régionalisme
    990 mots | 4 pages
  • Partis nationalistes, autonomie et clans en corse
    14047 mots | 57 pages
  • Langues régionales
    1631 mots | 7 pages
  • La nation
    11676 mots | 47 pages
  • exposé écosse
    2411 mots | 10 pages
  • La Géopolitique
    1192 mots | 5 pages
  • Textile bio
    7941 mots | 32 pages