La crise financière

Pages: 18 (4382 mots) Publié le: 24 février 2011
° 77
29 octobre 2007

La crise financière : origines et conséquences Quelles sont les conditions du retour de la confiance ?

Auteurs : Jean-Paul Betbèze, chef économiste du Crédit Agricole, membre du Conseil d’Analyse économique auprès du Premier ministre et du Comité scientifique de la Fondation Robert Schuman Christian de Boissieu, président délégué du Conseil d’Analyse économique auprèsdu Premier ministre et conseiller économique du Président de la CCIP Résumé : Le 19 septembre dernier, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris et la Fondation Robert Schuman ont organisé un petit-déjeuner débat sur les « Perspectives économiques 2008 en France et en Europe ». Jean-Paul Betbèze et Christian de Boissieu sont intervenus sur les origines et les conséquences de la crisefinancière que traverse l’économie mondiale, ainsi que sur les conditions du retour de la confiance. Jean–Paul Betbèze s’est concentré sur l’analyse de la crise financière que traverse actuellement l’économie mondiale ; Christian de Boissieu a évoqué la sortie de cette crise et ses conséquences. *** Intervention de Jean-Paul Betbèze 1. La transformation du risque Auparavant, les banques faisaient lecrédit, et donc prenaient le risque, le surveillaient, puis encaissaient des fonds au fur et à mesure. Désormais, dans le modèle actuel, essentiellement américain, les banques créent le crédit/le risque mais ne le gardent plus, ne le surveillent plus et s’empressent de le transmettre à d’autres, ce qui pose évidemment un problème. En effet, quand on ne surveille plus le risque, on ne s’en préoccupe plusvraiment. Plus vite le risque est pris, plus vite il peut être transmis, et plus vite une marge sur le passage du risque, et non plus sur son suivi, peut être obtenue. Le modèle bancaire qui était un modèle « création – garde – suivi » devient un modèle « création – titrisation 1 – distribution ». Le risque a donc disparu des établissements où il se trouvait auparavant.

1

« Opération parlaquelle les établissements bancaires cèdent leurs créances à des organismes, dits fonds communs de créances, qui émettent des titres négociables sur le marché ; transformation, par cette opération, des créances en titres » (ndlr).

Désormais, il est réparti sur les différents acteurs du marché financier qui acquièrent les divers produits d’origine crédit, en fonction du niveau de risque qu’ilsacceptent de courir. Fin juillet/début août, les liquidités étaient nombreuses. Elles le sont toujours mais ne sont plus au même endroit et ce sont les plus sûres qui sont désormais recherchées par les opérateurs. Les agences de notation font des évaluations positives lorsque les cotes montent, mais se ravisent assez rapidement lorsqu’elles descendent. La pro-cyclicité du crédit s’en trouve ainsiaccrue. Ce sont donc ces acteurs qui ont acquis le risque, plus ou moins élevé en fonction des titres achetés. On peut se dire qu’il s’agit d’une heureuse répartition. En effet, les acteurs prudents et fragiles veulent un produit non risqué et achètent des titres AAA ; tandis que ceux qui veulent des titres BBB sont suffisamment riches et peu fragiles pour prendre le risque d’une perte. Mais c’estla théorie ! La réalité est bien souvent l’inverse … 2. Le déclenchement de la crise En effet, cette heureuse répartition théorique cache une autre réalité. Ce sont les acteurs les plus fragiles qui ont pris le plus de risque, en achetant des titres risqués, car ils voulaient améliorer leur situation. Ainsi, certaines banques allemandes régionales, qui cherchaient désespérément un peu derentabilité, avaient acquis davantage d’actifs que ce que leur permettaient leurs fonds propres. Ces actifs avaient été fabriqués aux États-Unis à partir de crédits hypothécaires dépassant la valeur des actifs de la personne contractant le crédit. Ces banques allemandes avaient ainsi acquis des produits rentables, mais très risqués, car elles voulaient améliorer leur situation. Selon les dernières...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Crise financiere
  • Crise financiere
  • La crise financière
  • Crise financière
  • La crise financiere
  • La crise financiere
  • La crise financière
  • La crise financière

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !