La décolonisation du mahgreb

801 mots 4 pages
La Décolonisation du Mahgreb

Des mouvements nationalistes naissent dès les années 1920 dans les pays colonisés, ils commencent à remettre en cause le système colonial dans les années 1930. La Seconde Guerre Mondiale, débutée en 1939, impose une trêve à cette rébéllion.
À la fin de la guerre, le sujet de la décolonisation est de nouveau d'actualité, mais le Gouvernement français n'arrive pas à résoudre cette question, principalement en Indochine ou une guerre a éclatée.
L'Assemblée nationale décide donc d'appeler Pierre Mendès-France le 18 juin 1954, en tant que Président du Conseil. Il a pour mission de trouver une solution au conflit Indochinois et à la décolonisation. Mendès-France s'engage à négocier la paix en Indochine en un mois, ou de démissionner.

1. La situation marocaine

En 1912, le traité de Fès est signé et déclare que le Maroc est devient à la fois un Protectorat français et un Protectorat espagnol. Dans les années 1950, les nationalistes sont de plus en plus nombreux au sein du peuple tunisien. Le gouvernement français décide de répondre à cette montée par la repression : le Roi Mohamed V, accusé de soutenir le parti indépendantiste Istiqlal, est exilé à Madagascar en 1954. Suite à son exil, d'importantes émeutes ont lieux aux quatre coins du territoire. Edgar Faure, successeur de Pierre Mendès-France, va alors engager des négociations. Ces dernières aboutiront à la déclaration de La-Celle-Saint-Cloud, qui admet l'indépendance totale du Maroc. Le 02 mars 1956, le Maroc accède à son indépendance, c’est bel et bien la fin du Protectorat français. Le sultan Mohamed V est autorisé à rentrer au pays après 27 mois d'exil. Le 07 avril 1956, un accord est signé entre Mohamed V et le Général Franco, accord qui met fin à la souveraineté espagnol au nord du pays. Pour finir, le 20 octobre, la zone de Tanger, qui était soumise à un statut international particulier, est à son tour rattachée au Maroc.

2. La situation tunisienne

en relation

  • Btsfrancais
    39699 mots | 159 pages
  • kateb yacine
    53683 mots | 215 pages