La delinquance juvenile

270 mots 2 pages
Le droit pénal fait référence à la personnalité du délinquant, à l'article 132-24 du Code Pénal. Cet article précise que la peine doit être adaptée aux circonstances de l'infraction et à la personnalité de son auteur. Mais, les textes ne définissent pas la personnalité du délinquant.
La définition classique de la personnalité juridique doit être exclue, il faut exclure la personnalité juridique comme personnalité du délinquant. La personnalité juridique est l'aptitude de l'être humain à être titulaire de droits et d'obligations. C'est une aptitude à la personne même et qui renvoie à la notion de capacité juridique.
Le délinquant possède la personnalité juridique, mais la personnalité du délinquant ne fait pas référence à la personnalité juridique. La personnalité du délinquant doit être appréhendée dans son sens psychologique, et comme ce qui fait l'individualité d'une personne, sa configuration psychologique qui se manifeste dans un certain style de vie. C'est la faculté pour le délinquant de se comporter de telle ou telle manière, de choisir telle ou telle conduite, dans les situations dans lesquelles il se trouve placé.
L'influence grandissante de la personnalité du délinquant s'explique par la finalité de la matière pénale. La finalité première du droit pénal est la répression du délinquant. L'autre finalité est la protection de la société. La finalité répressive du droit pénal vise un but utilitaire puisqu'il s'agit de punir le délinquant pour éviter sa récidive, mais également éviter l'imitation des autres délinquants, finalité de dissuasion. Pour être utilitaire, la répression du délinquant doit être adaptée à sa

en relation

  • Delinquance juvenile
    2407 mots | 10 pages
  • La délinquance juvénile
    372 mots | 2 pages
  • Délinquance juvénile
    20329 mots | 82 pages
  • delinquance juvenile
    906 mots | 4 pages
  • La délinquance juvénile
    2308 mots | 10 pages
  • delinquance juvenile
    1653 mots | 7 pages
  • Delinquance juvénile
    377 mots | 2 pages
  • Délinquance juvénile
    2177 mots | 9 pages
  • Delinquance juvénile
    281 mots | 2 pages
  • La délinquance juvénile
    4722 mots | 19 pages