La douceur (andré comte-sponville)

Pages: 5 (1233 mots) Publié le: 20 décembre 2012
La douceur
‘’Petit traité des grandes vertus’’ d’André Comte-Sponville

La douceur
NB : Ce dossier est fondé sur le livre ‘’Petits traité des grandes vertus’’ d’André Comte-Sponville

La douceur, une vertu ‘’féminine’’
André Comte-Sponville pense que la douceur est une vertu féminine même si les vertus n’ont pas de genre. Car les femmes font plus souvent preuve de douceur que les hommes,déjà par leur instinct maternel, quand on pense à la douceur on a tout de suite l’image d’une mère avec son enfant. Quel désastre remarque Todorov : ‘’Si tout le monde s’alignait sur les valeurs masculines’’ ce serait le triomphe de la guerre. Mais il y manquerait l’essentiel : l’amour, la vie, et la douceur, tout ce que peut donner une femme.
Quand à la violence féminine, elle existe mais estmoins fréquente que chez les hommes. Quand les petites filles jouent à la poupée, les garçons eux jouent à la guerre. Et certains de ces garçons, en devenant homme, vont trouver du plaisir à faire la vraie guerre. On nait homme ou femme et l’on devient ce que l’on est. La virilité n’est ni une faute ni une vertu, mais c’est une force comme la féminité est une richesse et une force.
Ce que ladouceur a de féminin, ou qui paraît tel, c’est un courage sans violence, une force sans dureté, un amour sans colère. C’est ce qu’on entend chez Shubert, ce qu‘on lit chez Etty Hillesum.

La douceur, une paix
La douceur 
selon André Comte-Sponville
est une paix, réelle ou souhaitée : c’est le contraire de la guerre, de la cruauté, de la brutalité, de l’agressivité, de la violence…Paix intérieureest la seule qui soit une vertu.
‘‘S’aguerrir et s’endurcir sont deux choses différentes ‘’ disait Etty Hillesum. La douceur est ce qui les distingue. La douceur est une force, c’est pourquoi elle est une vertu : c’est force en état de paix, force paisible et douce, pleine de patience et de mansuétude. La douceur est ce qui ressemble le plus à l’amour, plus que la générosité et que lacompassion.
La douceur rend même généreux, car c’est faire du mal à autrui que de ne pas lui faire du bien, même sans qu’il le demande. La douceur c’est accueil, respect, et ouverture. Mais alors tout cela fait de la douceur une vertu passive, une vertu de soumission, d’acceptation ? Peut-être, mais quelle sagesse sans passivité ? Quel amour sans passivité ? La passivité n’est pas l’inaction ou la paresse, c’estse laisser porter par le courant.

Les contraires de la douceur
La douceur c’est le contraire du ‘’mâle prétentieux et impatient’’, disait Rilke, le contraire de la rigidité, de la précipitation, de la force butée ou obstinée. L’humanité n’invente pas la douceur, elle la cultive, elle s’en nourrit et c’est ce qui rend l’humanité plus humaine.
C’est le refus de faire souffrir, de détruire(quand ce n’est pas indispensable), de saccager. C’est le respect, la protection, et la bienveillance.
C’est une espèce de bonté naturelle ou spontanée dont la maxime serait : « fais ton bien avec le moindre mal d’autrui qu’il est possible »
d’après Rousseau. « Par une nécessité de nature, tout être exerce toujours tout le pouvoir dont il dispose » d’après Thucydide. La douceur est l’exception quiconfirme cette règle c’est pouvoir sur soi contre soi si il le faut...

La douceur, un juste milieu
Aristote fera de la douceur une vertu à part entière qui sera le juste milieu dans la colère entre l’irascibilité et la mollesse. Il y a de justes et nécessaires colères comme pour les guerres et les violences. Mais qui va juger où est le juste milieu ?
La douceur n’est douceur qu’à conditionde ne rien devoir à la peur.

La non-violence
Faut-il, par douceur, prôner la non-violence ? Mais faut-il encore que cette non-violence soit efficace ! Car elle ne nous servirait pas pour combattre la violence criminelle ou barbare. Le choix est donc de circonstance. À efficacité égale ou supérieur, la non-violence est bien sûr préférable, c’est ce que rappelle la douceur et que Gândhi,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • André comte sponville
  • André comte-sponville, mai 1999.
  • Comte de sponville
  • La sagesse (Comte-Sponville)
  • Le capitalisme est-il morl ? comte sponville
  • Le courage selon comte sponville
  • Lecture analytique 1 comte-sponville
  • « L’espoir du bonheur nous sépare du bonheur. il faut arrêter d’espérer que la vie soit autre chose.» andré...

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !