La fatalité chez saint-denys garneau et grandbois

830 mots 4 pages
Aux premiers abords, il est valable de penser que Saint-Denys Garneau et Alain Grandbois traitent du thème de la fatalité de façon similaire dans leurs deux poèmes respectifs. Par exemple, dans «Ô tourments», Grandbois projette son sujet poétique dans le futur, vers une fatalité d’apparence inévitable. Ce dernier crée un lien entre le «nous», représentatif de sa personne et de ses tourments, et les «tombes», dans la comparaison «Et nous serons comme des tombes» (v. 35). La comparaison dans ce cas-ci est d’autant plus évocatrice puisque la phrase est conjuguée au futur simple et qu’elle annonce le dénouement du poème, d’où la projection. De la même manière, Garneau, dans «Cage d’oiseau», présente un sujet poétique convaincu de l’avènement prochain de son trépas. On peut remarquer l’effet d’accumulation dans les vers «Une cage d’os» (v. 2), «L’oiseau dans ma cage d’os» (v. 4), «La mort dans ma cage d’os» (v. 14), qui introduit d’abord la «cage d’os» comme un simple objet, dans lequel on enferme soudain l’âme du sujet poétique, jusqu’à l’inanité de cet esprit troublé ainsi emprisonné. Mis à part l’effet d’accumulation, ces vers montre la répétition de la métaphore de la «cage d’os» qui fait allusion au squelette humain, seul élément du corps humain restant, une fois la décomposition des particules tissulaires complétée. Or, il est évident qu’à ce moment, l’existence de l’être n’est plus. C’est ainsi que l’on peut déterminer que Saint-Denys Garneau et Alain Grandbois traitent tous deux du thème de la fatalité comme étant un tunnel sans issue alternative.

En revanche, dans le poème de Garneau et celui de Grandbois, chacun des sujets poétiques n’est pas soumis à la même confrontation face à son destin. Dans «Ô tourments», le sujet poétique se tient solide et droit devant l’espoir de surmonter les tourments qui l’assaillent. Comme le démontre la métaphore «adorables épées du silence» (v. 8), le sujet se livre à un combat intérieur qu’il n’est pas près

en relation

  • Finale français
    744 mots | 3 pages
  • La fatalité
    683 mots | 3 pages
  • A-t-on raison de penser que saint-denys garneau et alain grandbois traitent, dans cage d’oiseau et ô tourments, le thème de la fatalité d’une façon similaire ? discutez.
    765 mots | 4 pages
  • Développement de dissertation critique
    1028 mots | 5 pages
  • La poésie québécoise
    3058 mots | 13 pages
  • Lit canadienne
    4421 mots | 18 pages
  • Dissertation sur l'étrange d'albert camus
    50390 mots | 202 pages
  • anna hebert
    19443 mots | 78 pages
  • 154 hebert anne
    19049 mots | 77 pages