La femme

Pages: 9 (2143 mots) Publié le: 16 juillet 2012
La lutte des femmes depuis des siècles a permis des avancées dont on perçoit aujourd’hui la réalité.
Hommage au courage de toutes ces femmes à la conquête de leur autonomie et de leur liberté !










La femme malgré son rôle important de la maternité, du maintien de ménage, de l’éducation des enfants etc.. n'avait aucun droit ni pouvoir du fait qu’elle était considérée commeétant une marchandise qu'on achetait pour faire des enfants.
Le mari pouvait la brutaliser comme bon lui semblait. Il pouvait aussi la répudier pour la moindre faute. La femme ne pouvait même pas franchir le seuil de sa maison ni même regarder par la fenêtre.

La femme n’était pas libre de consentir seule au mariage, quel que soit son âge (obligation de la présence du tuteur) ; elle ne pouvaitpas divorcer que dans des conditions très restrictives.
Elle ne pouvait pas non plus empêcher son mari de se marier avec d’autres femmes.

Le père seul exerçait la tutelle sur les enfants.


La femme était privée de tout droit que ce soit juridique, économique, politique ou social !



























La femme, dans le passé, n’avait aucune autonomie etdevait rester à la maison et apprendre à cuisiner, coudre et faire le ménage.

La broderie était considérée autrefois comme une base incontournable à l'éducation des filles. C’était un travail minutieux, axé sur la précision.

Cet art était transmis de mère en fille. Chacune gardait les secrets de l'art comme elle gardait l'héritage des ancêtres, dans des tiroirs. La valeur de l'oeuvre étaitassociée à la précision et le savoir-faire de la personne.

La femme d’autrefois, prisonnière des murs et n’ayant aucune instruction était réduite à néant.

Elle ne pouvait être indépendante vu son ignorance totale de la vie extérieure.

La femme était à la merci de l’homme, à son tempérament et à sa guise.


Bref, elle était inexistante et n’avait aucune place dans la société.La politique était une affaire d’homme.

Privée de son droit au savoir et à l’éducation, la femme était ainsi dépossédée de tout pouvoir économique et par voie de conséquence, de toute liberté d’expression et d’action, devenant de la sorte inapte à maîtriser son devenir.

La femme était discriminée aussi bien au sein de la familleque dans la société.

Sa participation aux élites politiques était inexistante.

Cette situation s’explique par la forte culture traditionnelle marocaine.

En effet, ni les espaces ni les horaires ni les lieux où se «cuisinent» les décisions n’étaient appropriés aux femmes. Elles n’étaient admises ni dans les cafés ni dans les clubs compte tenu de la mentalité socioculturelle.


Lesavancées très limitées dans le domaine de l’éducation des jeunes filles n’étaient pas de nature à changer cette situation et ceci durant de longues années.





































Depuis des siècles, l’homme n’avait que du mépris à l’encontre du sexe dit ‘’faible’’.

Dès la naissance, une différence notoire s’établissait entre le garçon et lafillette : le comportement familial n’était pas le même selon le sexe du nouveau-né. Ainsi, lorsque venait la nouvelle de l’accouchement, les femmes poussaient trois Zrarites pour un garçon, mais un seul pour une fille, ou aucun ! A partir de cet instant, l’écart commençait à se creuser entre garçon et fille....

La femme marocaine n’était ni respectée ni considérée comme un être humain à part entière.Elle était reléguée au stade de « mineure à vie »... Elle était l’inférieure de l’homme, une sorte de demi-être humain.

La femme devait être une bonne sœur, une épouse idéale, une mère parfaite et une grand-mère sage. Mais elle était privée de tout droit. Le droit à la différence et à l’égalité devant la loi lui était refusé.

Elle devait satisfaire les plaisirs de l’homme, enfanter,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Femme
  • Femme
  • La femme
  • femme
  • La femme
  • femme
  • la femme
  • Les femme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !