La fontaine

Pages: 6 (1399 mots) Publié le: 15 avril 2012
La Laitière et le Pot au laitPerrette sur sa tête ayant un Pot au laitBien posé sur un coussinet,Prétendait arriver sans encombre à la ville.Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,Cotillon simple, et souliers plats.Notre laitière ainsi trousséeComptait déjà dans sa penséeTout le prix de son lait, en employait l'argent,Achetait un cent d'oeufs,faisait triple couvée ;La chose allait à bien par son soin diligent.Il m'est, disait-elle, facile,D'élever des poulets autour de ma maison :Le Renard sera bien habile,S'il ne m'en laisse assez pour avoir un cochon.Le porc à s'engraisser coûtera peu de son ;Il était quand je l'eus de grosseur raisonnable :J'aurai le revendant de l'argent bel et bon.Et qui m'empêchera de mettre en notre étable,Vu leprix dont il est, une vache et son veau,Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?Perrette là-dessus saute aussi, transportée.Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;La dame de ces biens, quittant d'un oeil marriSa fortune ainsi répandue,Va s'excuser à son mariEn grand danger d'être battue.Le récit en farce en fut fait ;On l'appela le Pot au lait.Quel esprit ne bat la campagne ?Qui nefait châteaux en Espagne ?Picrochole, Pyrrhus, la Laitière, enfin tous,Autant les sages que les fous ?Chacun songe en veillant, il n'est rien de plus doux :Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes :Tout le bien du monde est à nous,Tous les honneurs, toutes les femmes.Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi ;On m'élit roi, mon peuple m'aime ;Lesdiadèmes vont sur ma tête pleuvant :Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;Je suis gros Jean comme devant.

Commentaire :La laitière et le pot au laitCette fable, la dixième du livre VII du deuxième recueil des Fables, publiées par Jean de La Fontaine, poète contemporain de Louis XIV, en 1678, nous relate la mésaventure d'une jeune laitière un peu trop éprise par sa rêverie, quiverra à quel point le retour à la réalité peut être brutal.I.] La marche du texte Nous découvrons Perrette en chemin pour la ville : l'imparfait (" prétendait arriver ", v. 3 ; " allait à grands pas ", v. 4) suppose que l'action est déjà engagée. Le narrateur nous invite donc à suivre le personnage des yeux. Le rythme même des phrases ainsi que le développement du récit semblent épouser la marchephysique et le cheminement mental ou la rêverie du personnage. Le rythme de la marche La longueur des phrases, plus étendues que dans bien des fables de La Fontaine, doit d'abord nous arrêter. La première phrase (v. 1 à 6) nous donne à lire une description en mouvement : tout se passe comme si l'on voyait le personnage de loin ; Perrette n'est d'abord qu'une simple silhouette que caractérise le potporté sur la tête. En la regardant s'approcher, on distingue de mieux en mieux les détails vestimentaires (le cotillon, les souliers). Le rythme binaire des vers suivants (v. 7 à 10) épouse le rythme de la marche en traduisant une sorte de balancement : les octosyllabes (v. 7-8) alternent avec des alexandrins (v. 9-10) ; les vers longs ("Achetait un cent d'oeufs,// faisait triple couvée ") commeles vers courts (" Notre Laitière // ainsi troussée ") sont également partagés ou scindés en deux parties égales (hémistiches) par une pause nettement marquée (césure). D'un rythme plus uni, le vers 11 (" La chose allait à bien par son soin diligent ", c'est-à-dire avec application et zèle, elle menait son affaire à bien), où la césure est moins marquée, nous fait sentir que Perrette allonge lepas, sous l'effet de son enthousiasme. Un cheminement mental En même temps que le rythme physique de la marche, le texte nous rend sensible le cheminement mental du personnage. On glisse insensiblement d'un phénomène d'anticipation bien compréhensible (après avoir vendu son lait, Perrette devra " employer " l'argent reçu) à une rêverie qui s'affranchit peu à peu de la réalité au point d'oublier le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La fontaine
  • La fontaine
  • La fontaine
  • La fontaine
  • La fontaine
  • La fontaine
  • La fontaine
  • LA FONTAINE

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !