la géocritique

Pages: 5 (1214 mots) Publié le: 2 septembre 2014
FR
ENG
Caroline Doudet
Géocritique : théorie, méthodologie, pratique
Bertrand Westphal, La Géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Paradoxe », 2007.
1
2Qu’est-ce que la géocritique ? C’est à cette question nécessaire que l’essai de Bertrand Westphal vise à répondre ; question nécessaire parce que la géocritique, méthode encore jeune, définie comme une« poétique dont l’objet serait non pas l’examen des représentations de l’espace en littérature, mais plutôt celui des interactions entre espaces humains et littérature » au cours du colloque qui lui a servi d’acte de naissance, est l’objet d’un intérêt de plus en plus vif de la part des chercheurs en sciences humaines en général et des comparatistes en particulier, comme en témoigne le nombre de plus enplus important de colloques et journées d’études se plaçant dans cette perspective ; mais manquait encore une véritable réflexion de fond. C’est maintenant chose faite avec cet ouvrage qui s’inscrit explicitement dans une double perspective postmoderne et interdisciplinaire ; il s’agit bien ici  de mettre fermement en place une définition de la géocritique, et ce en trois temps : tout d’abord enexaminant les fondements théoriques de la géocritique dans les trois premiers chapitres, puis en exposant la méthodologie géocritique afin de compléter l’article de 2000 que nous avons cité, enfin en mettant en évidence l’importance du texte dans la construction de l’espace.
3
4Les trois premiers chapitres exposent ainsi les prémisses théoriques de la géocritique, et c’est par une réflexion sur laspatio-temporalité que s’ouvre très logiquement l’essai, avec l’affirmation de la « révolution spatio-temporelle » qui a lieu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, imposant une nouvelle lecture du temps et donc une nouvelle perception de l’espace : les métaphores temporelles tendent à se spatialiser, l’espace qui jusque là s’était trouvé relégué au second plan par le temps« contre-attaque » et se trouve revalorisé en même temps que complexifié, à la fois pluriel et hétérogène, objet d’une saisie interdisciplinaire qui intéresse à la fois la géographie, l’architecture, l’urbanisme et la littérature.
5Le chapitre suivant met en avant la notion de « transgressivité » et la nécessité de percevoir l’espace dans sa dimension hétérogène, marquée par l’insécurité radicale qui est lacaractéristique de l’ère postmoderne ; pour le montrer, l’auteur s’appuie sur plusieurs notions comme celles issues des travaux de Deleuze et Guattari ( espace lisse/espace strié, déterritorialisation/reterritorialisation), le polysystème d’Even-Zohar, la sémiosphère de Lotman, le tiers-espace de Homi Bhabha, toutes notions qui tendent à faire de l’espace un objet pour le moins instable.
6La troisième etdernière escale théorique est celle du problème épineux et controversé de la référentialité : quel est le rapport entre le monde fictionnel et le réel de l’expérience ? Le monde est-il homogène et englobe-t-il réel et fictionnel, ou bien est-il hétérogène et se scinde-t-il en plusieurs mondes, dont le monde fictionnel qui est selon Umberto Eco un monde « possible » mais non « actualisé », ce qui nele rend pas pour autant incompatible avec le monde réel ? « L’espace représenté en littérature est-il coupé de ce qui lui est extérieur (comme le défendent les structuralistes) ou alors interagit-il avec lui ? » (p. 162). Cette dernière hypothèse est celle qui a la faveur de l’auteur et aboutit à une théorie des interfaces, lignes de communication entre le réel et le fictionnel qui interagissentl’un avec l’autre, et une typologie des relations variables et oscillantes du lieu fictionnel avec le réel : consensus homotopique (le lien entre le lieu réel et sa représentation est manifeste, ils ont au moins le même nom et souvent la représentation s’appuie sur une série de réalèmes), brouillage hétérotopique (le lien entre l’espace référentiel et sa représentation est perturbé) et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • étude géocritique dans ''allah n'est pas obligé''
  • Une géocritique de la ville d'abidjan: polyfocalité transtextuelle.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !