La joie

Pages: 2 (268 mots) Publié le: 17 juin 2010
Le plaisir est-il le bien suprême et le but de la vie ?
Les philosophes qui ont spéculé sur la signification de la vie et sur la destinéede l'homme n'ont pas assez remarqué que la nature a pris la peine de nous renseigner là-dessus elle-même. Elle nous avertit par un signeprécis que notre destination est atteinte. Ce signe est la joie. Je dis la joie, je ne dis pas le plaisir. Le plaisir n'est qu'un artificeimaginé par la nature pour obtenir de l'être vivant la conservation de la vie ; il n'indique pas la direction où la vie est lancée. Mais lajoie annonce toujours que la vie a réussi, qu'elle a gagné du terrain, qu'elle a remporté une victoire : toute grande joie a un accenttriomphal. Or, si nous tenons compte de cette indication et si nous suivons cette nouvelle ligne de faits, nous trouvons que partout où il y ajoie, il y a création : plus riche est la création, plus profonde est la joie. La mère qui regarde son enfant est joyeuse, parce qu'elle aconscience de l'avoir créé, physiquement et moralement. [...] celui qui est sûr, absolument sûr, d'avoir produit une oeuvre viable etdurable, celui-là n'a plus que faire de l'éloge et se sent au-dessus de la gloire, parce qu'il est créateur, parce qu'il le sait, et parce quela joie qu'il éprouve est une joie divine.
BERGSON
L'Energie spirituelle, 1e Partie ("la conscience & la vie")
éd. Alcan, p. 24-25
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La joie
  • la joie
  • LA JOIE
  • la joie
  • La joie
  • LA JOIE
  • Joie
  • la joie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !