La légalité criminelle

2973 mots 12 pages
DISCOURS PRÉLIMINAIRE
SUR LE PROJET DE CODE CIVIL de Jean-Etienne-Marie PORTALIS
( Extrait de ce discours, présenté le 1er pluviôse an IX )
Les lois ne sont pas de purs actes de puissance ; ce sont des actes de sagesse, de justice et de raison. Le législateur exerce moins une autorité qu’un sacerdoce. Il ne doit point perdre de vue que les lois sont faites pour les hommes, et non les hommes pour les lois ; qu’elles doivent être adaptées au caractère, aux habitudes, à la situation du peuple pour lequel elles sont faites : qu’il faut être sobre de nouveautés en matière de législation, parce que sil est possible, dans une institution nouvelle, de calculer les avantages que la théorie nous offre, il ne l’est pas de connaître tous les inconvénients que la pratique seule peut découvrir ; qu’il faut laisser le bien, si on est en doute du mieux ; qu’en corrigeant un abus, il faut encore voir les dangers de la correction même ; qu’il serait absurde de se livrer à des idées absolues de perfection, dans des choses qui ne sont susceptibles que d’une bonté relative ; qu’au lieu de changer les lois, il est presque toujours plus utile de présenter aux citoyens de nouveaux motifs de les aimer ; que l’histoire nous offre à peine la promulgation de deux ou trois bonnes lois dans l’espace de plusieurs siècles ; qu’enfin, il n’appartient de proposer des changements qu’à ceux qui sont assez heureusement nés pour pénétrer d’un coup de génie et par une sorte d’illumination soudaine, toute la constitution d’un État.
A l’ouverture de nos conférences. nous avons été frappés de l’opinion, si généralement répandue, que, dans la rédaction d’un code civil, quelques textes bien précis sur chaque matière peuvent suffire, et que le grand art est de tout simplifier en prévoyant tout.
Tout simplifier est une opération sui laquelle on a besoin de s’entendre. Tout prévoir est un but qu’il est impossible d’atteindre.
Il ne faut point de lois inutiles ; elles affaibliraient les lois

en relation

  • La légalité criminelle
    3139 mots | 13 pages
  • Le declin du principe de legalité criminelle
    4764 mots | 20 pages
  • Dissertation déclin du principe de légalité criminelle
    2438 mots | 10 pages
  • Peut-on parler du déclin du principe de la légalité criminelle ?
    1626 mots | 7 pages
  • le principe de la légalité criminelle et la protection des droits de l'Homme
    58407 mots | 234 pages
  • Droit
    2194 mots | 9 pages
  • Le pouvoir d'interprétation du juge pénal
    3895 mots | 16 pages
  • Principe de légalité
    3163 mots | 13 pages
  • Commentaire arret 9septembre2008
    4674 mots | 19 pages
  • Hammourabi
    3102 mots | 13 pages