La liberté consoste-t-elle à faire ce que l'on veut?

1228 mots 5 pages
La liberté consiste-elle à faire ce que l'on veut ?
Introduction :
Assertion : partir d'une constatation générale.
Définir les termes du sujet : quelle est la signification des termes du sujet ? Quelles significations peut-on donner au sujet pris comme un tout ?
Poser la problématique, en reformulant éventuellement le sujet : quelle est la question à laquelle vous vous proposez de répondre ? Quel est le problème que vous vous proposez de traiter ?
Mettre en évidence un paradoxe : Montrez que le sujet est porteur d'une contradiction féconde.
Montrer les présupposés du sujet : que faut-il admettre pour poser une telle question ?
Montrer les enjeux : quel intérêt y a-t-il à réfléchir à cette question ?
Précisez les domaines auxquels le sujet s'applique : politique, épistémologique, moral...
Annoncer le plan, dites comment vous vous proposez de traiter la problématique ainsi définie.
Soit le sujet : " La liberté consiste-t-elle à faire ce que l'on veut ?"

Introduction :

Phrase d'accroche : à première vue, la liberté consiste dans l'absence de contraintes. Être libre, c'est faire ce que l'on veut
Analyse des termes du sujet : le mot "liberté" vient du latin "liber" qui signifie libre, par opposition à "servus" (esclave). Un homme libre, dans l'antiquité gréco-romaine est un homme qui n'est pas soumis à un autre, mais seulement aux Lois de la Cité. L'expression "faire ce que l'on veut" renvoie à la notion de volonté, mais aussi à la notion de désir, ce qui n'est pas la même chose ; comme le dit saint Augustin, "je fais le mal que je ne voudrais pas faire et je ne fais pas le bien que je voudrais faire." (Les Confessions)
Mise en évidence d'un paradoxe : si, comme le pensaient les citoyens grecs, être libre, c'est être soumis aux Lois : cette conception de la liberté n'est-elle pas paradoxale ? En effet, celui qui est soumis aux lois n'est pas libre "de faire ce qu'il veut".
Mise en évidence les présupposés du sujet : "Être libre est-ce faire ce que

en relation

  • Droit constit
    30954 mots | 124 pages
  • Institutions Administratives
    41186 mots | 165 pages