La liberté et l'esclavage

975 mots 4 pages
Dire qu'un homme se donne gratuitement, c'est dire une chose absurde et inconcevable ; un tel acte est illégitime et nul, par cela seul que celui qui le fait n'est pas dans son bon sens. Dire la même chose de tout un peuple, c'est supposer un peuple de fous : la folie ne fait pas droit. Quand chacun pourrait s'aliéner lui-même, il ne peut aliéner des enfants ; ils naissent hommes et libres ; leur liberté leur appartient, nul n'a droit d'en disposer qu'eux. Avant qu'ils soient en âge de raison le père peut en leur nom stipuler des conditions pour leur conservation, pour leur bien-être ; mais non les donner irrévocablement et sans condition ; car un tel don est contraire aux fins de la nature et passe les droits de la paternité.

Il faudrait donc pour qu'un gouvernement arbitraire fut légitime qu'à chaque génération le peuple fût le maître de l'admettre ou de le rejeter : mais alors ce gouvernement ne serait plus arbitraire. Renoncer à sa liberté c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs. Il n'y a nul dédommagement possible pour quiconque renonce à tout. Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l'homme, et c'est ôter toute moralité à ses actions que d'ôter toute liberté à sa volonté.

Enfin c'est une convention vaine et contradictoire de stipuler d'une part une autorité absolue et de l'autre une obéissance sans bornes. N'est-il pas clair qu'on n'est engagé à rien envers celui dont on a droit de tout exiger, et cette seule condition, sans équivalent, sans échange n'entraîne-t-elle pas la nullité de l'acte? Car quel droit mon esclave aurait-il contre moi, puisque tout ce qu'il a m'appartient, et que son droit étant le mien, ce droit de moi contre moi-même est un mot qui n'a aucun sens?

Les trois parties correspondent aux trois paragraphes distingués par des sauts de ligne. Et les trois sous parties aux paragraphes distingués par des alinéas.

« Ni Dieu, ni maître » : la

en relation

  • de la liberté a l'esclavage
    977 mots | 4 pages
  • L'esclavage comme atteinte aux droits de l'homme et à la liberté - commentaire composé
    1820 mots | 8 pages
  • lecole
    659 mots | 3 pages
  • L'esclavage
    2080 mots | 9 pages
  • Expose moderne
    2807 mots | 12 pages
  • Question sur Corpus
    1390 mots | 6 pages
  • Dissertation Esclavage
    1929 mots | 8 pages
  • L'Esclavage en Antiquité
    2965 mots | 12 pages
  • Esclavage
    784 mots | 4 pages
  • Dossier esclavage
    3688 mots | 15 pages