La mort généralités, datation et entomologie médico-légale.

Pages: 9 (2195 mots) Publié le: 9 mars 2012
I. La mort : généralités
II. La datation de la mort
III. La putréfaction
IV. L’entomologie médico-légale

I. La mort : généralités

D’après la circulaire du 21 janvier 1991 et le décret du 2 décembre 1996, la mort se caractérise par 3 critères :
- absence totale de conscience et d’activité motrice spontanée
- absence de tous les réflexes du tronc cérébral
- absence totale deventilation spontanée.
Dans le temps, la non réaction à la brûlure d’une bougie sur un orteil ou le miroir que l’on portait devant la bouche et qui ne se ternissait pas, signait l’arrêt de mort.
Il régnait la peur d’être enterré vivant. Peur concrète, puisqu’à l’occasion de certaines exhumations l’ouverture du cercueil permettait cette vision cauchemardesque d’un intérieur labouré par les ongles du «mortvivant» qui tentait de s’échapper. Au XIXe siècle, certains ont même eu l’idée ingénieuse d’une clochette que l’on pouvait agiter depuis l’intérieur du cercueil pour signaler son réveil.
En France tout docteur en médecine est apte à signer un certificat de décès qui est ensuite enregistré officiellement à la mairie. Il doit aussi diagnostiquer la mort, l’authentifier et être capable de dire sielle est d’origine naturelle ou suspecte.

II. La datation de la mort

La datation du moment du décès est fondamentale dans une enquête judiciaire quelle que soit la cause de la mort, quand elle n’a pas eu de témoins directs et fiables.
D’une façon générale, il n’existe pas de méthode unique permettant de dater précisément la mort mais, d’après le sciences criminelles, «l’intervallepost-mortem peut être évaluée sous forme d’une dictionnaire des fourchette de temps qui est d’autant plus précise que l’examen du cadavre s’effectue peu de temps après la survenue du décès».

Datation de la mort par la température.
Après la mort, la température du corps baisse progressivement pour parvenir à un équilibre avec la température de l’environnement. Ce refroidissement s’effectue en troisphases :
- une phase dite de plateau thermique initial pendant laquelle la température du cadavre décroît très peu ;
- une phase intermédiaire de décroissance rapide ;
- une phase terminale de décroissance lente qui aboutit à l’égalisation avec la température ambiante.
Un système a été mis en place par le docteur Claus Henssge, un professeur de médecine légale pour déterminer l’heure du décès àpartir des prises de température. Mais de nombreux facteurs correctifs doivent être appliqués qui prennent en compte : la corpulence du cadavre, ses vêtements qui peuvent jouer le rôle d’isolant thermique, l’âge, la présence du vent ou des courants d’air qui accélère les pertes thermiques tout comme l’humidité de l’air ou des vêtements.

La rigidité cadavérique
Après la mort, un raidissementprogressif de la musculature dû à des transformations biochimiques irréversibles s’installe. Elle touche d’abord la nuque, puis le tronc et enfin les membres inférieurs. En fait elle affecte l’ensemble des muscles. Elle devient perceptible trois ou quatre heures après la mort, elle atteint son intensité maximale et se maintient entre huit et trente-six heures pour disparaître avec la putréfaction. Làencore, les facteurs environnementaux interdisent d’établir des règles précises.

Les lividités cadavériques
Dès que le cœur cesse de jouer son rôle de pompe, le sang arrête de circuler, stagne dans les vaisseaux, et se dirige vers les parties les plus basses du corps, formant ainsi des taches de couleurs lie-de-vin ou rouge pourpre. Ces lividités apparaissent entre vingt minutes et quatreheures après le décès, souvent dans la région du cou, et s’étendent ensuite pour atteindre leur visibilité maximale entre la 8e et la 12e heure. Les zones d’appui et de contact sont épargnées. Ces lividités sont dans un premiers temps mobiles et s’efface à la pression, mais à partir de la 12e heures, elles commencent à se fixer.
Ce phénomène peut être intéressant en matière criminelle puisqu’elle...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Cas clinique médico-légal
  • Entreprise et données médico-légales
  • Entomologie
  • Datation
  • Datation
  • Généralités
  • Généralité
  • Les generalites

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !