La mythocritique

4067 mots 17 pages
| La mythocritique (Gilbert Durand) |
|Introduction. |
| |
|Le retour au mythe ne signifie pas affirmer la permanence de la mentalité archaïque ni de s’identifier Dionysos et accepter le cycle de création |
|(mythique/mystique) mais plutôt affirmer que les actes humains et leurs significations « se répètent à l’infini sans cesser d’être les mêmes. |
|(Mercia Eliade, Mythes, rêves et mystère, Paris, Gallimard, 1557, p30.) |
|Dans cette perspective le mythe n’est pas mort il connait une vitalité particulière, car le sentiment de l’homme moderne de vivre dans un monde |
|chaotique et dans un temps intemporel le rapproche plus que jamais d’un temps mystique. |
|Aussi chez l’homme moderne ainsi que chez l’homme moderne se trouvent exprimés les mêmes violences, les mêmes actes irréfléchis face aux problèmes |
|politico-social et économique entre autres. |
|L’approche du mythe nous permet de mettre en exergue les préoccupations sociales, historiques ou culturelles de l’homme moderne. |
|En s’appuyant sur les définitions de Mercia Eliade, Georges Dumézil, Lévi-Strauss et Jean Vernant ; Philippe Seller rappelle les principales |
|caractéristiques du mythe : |
|« Le mythe est un récit fondateur,

en relation

  • La mythocritique
    566 mots | 3 pages
  • Mythocritique
    2116 mots | 9 pages
  • Les caracteristique de la societé du xviii siecle
    567 mots | 3 pages
  • Critique du poème napoléon iii
    24594 mots | 99 pages
  • Naissance et évolution de l’idée de ‘mythe littéraire’
    6497 mots | 26 pages
  • Psycho
    17301 mots | 70 pages
  • LE MYTH 2
    3499 mots | 14 pages
  • Vendredi ou les limbes du pacifique de michel tournier.
    25875 mots | 104 pages
  • En Quete de Perceval
    37791 mots | 152 pages
  • « Les mythes et symboles de l’intimité et le xixème siècle » in intime, intimiste, intimisme
    550 mots | 3 pages