La négritude (chamoiseau)

785 mots 4 pages
Négritude
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
|[pic] |Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie ou |
| |en liens externes. |
| |Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références. |

La négritude est un courant littéraire et politique, créé après la Seconde Guerre mondiale[réf. nécessaire], rassemblant des écrivains noirs francophones, dont Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Léon Gontran Damas, Guy Tirolien, Birago Diop et René Depestre notamment. Lié à l'anticolonialisme, le mouvement influença par la suite nombre de personnes proches du Black nationalism, s'étendant bien au-delà de l'espace francophone.

|Sommaire |
|[masquer] |
|1 Origine |
|2 Signification |
|3 Critiques |
|4 Notes et références |
|4.1 Articles connexes |
|4.2 Bibliographie |
|4.3 Filmographie |
|4.4 Liens externes |

Origine[modifier]

Le terme est forgé en 1935 par Aimé Césaire dans le premier et seul numéro de la revue des étudiants martiniquais L'Étudiant noir. Il revendique l'identité noire et sa culture, d'abord face à une francité perçue comme oppressante et instrument de l'administration coloniale française (Discours sur le colonialisme, Cahier d'un retour au pays natal). Césaire l'emploiera de nouveau en 1939 lors de la première publication du Cahier d'un retour au pays

en relation

  • schcoool
    3891 mots | 16 pages
  • Littérature antillaise
    1539 mots | 7 pages
  • Négritude de césaire opposée à la créolité
    2162 mots | 9 pages
  • Antilles
    555 mots | 3 pages
  • Litterature antillaise et l'histoire
    5205 mots | 21 pages
  • Littérature francophone
    1690 mots | 7 pages
  • La mort du rebelle
    390 mots | 2 pages
  • negritude
    318 mots | 2 pages
  • repère le rècit:Dèfinition et enjeux
    5063 mots | 21 pages
  • La migration des intellectuels antillais vers la métropole
    6659 mots | 27 pages