La parole

2273 mots 10 pages
« Je sais ce que je dis » affirme-t-on énervé lorsque notre interlocuteur nous paraît mal comprendre ou déformer nos propos. N’est-ce pas que nous attendons de lui qu’il nous confirme dans le sens de notre parole et donc qu’elle n’est pas entièrement nôtre ?
Ainsi Montaigne a pu écrire dans ses Essais que « La parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui écoute. » (III, 13, De l’expérience).
On comprend qu’il a voulu dire que dans la parole, l’intention du sujet ne suffit pas pour la constituer. L’écoute est tout aussi essentielle de sorte qu’on ne peut pas attribuer le sens de la parole, ni attribuer finalement la parole elle-même à l’un ou l’autre des interlocuteurs mais aux deux à égalité.
Pourtant dans le soliloque, le sujet se comprend parfaitement et l’on ne peut dire que sa parole est moitié à lui. Qu’est-ce donc d’autre un dialogue qu’un double soliloque ?
Dès lors, on peut se demander s’il y a un sens à attribuer la parole aux deux interlocuteurs comme le propose Montaigne.
En nous appuyant sur le dialogue de Platon intitulé Phèdre, sur la comédie de Marivaux, Les fausses confidences et sur le recueil de poèmes, Romances sans parole de Verlaine, nous verrons que la parole appartient prioritairement à celui qui l’impose à l’autre, puis qu’elle appartient plutôt à celui qui écoute, et qu’enfin elle est en elle-même dialogue donc n’appartient à personne en particulier.

Lorsque la parole est utilisée comme arme, il est clair qu’elle n’appartient qu’au locuteur, sachant que les interlocuteurs peuvent chercher l’un et l’autre à se persuader. Dubois, intrigant dont la fonction est pratiquement celle de l’auteur de la pièce, ne fait le récit de l’amour de son ancien maître Dorante pour sa nouvelle maîtresse Araminte en accord avec lui pour provoquer en elle le désir (cf. Acte I, scène 14). Il se conçoit lui-même comme le maître de l’intrigue, commentant sa progression, anticipant jusqu’au comique teinté d’érotisme la suite de l’action (« je vous

en relation

  • La parole
    5959 mots | 24 pages
  • Parole
    5425 mots | 22 pages
  • Paroles
    418 mots | 2 pages
  • Paroles
    560 mots | 3 pages
  • La parole
    1493 mots | 6 pages
  • La parole
    881 mots | 4 pages
  • La parole
    26985 mots | 108 pages
  • la parole
    807 mots | 4 pages
  • La parole
    3800 mots | 16 pages
  • La parole
    369 mots | 2 pages