La peine de mort

Pages: 11 (2570 mots) Publié le: 24 février 2011
Historique
La peine de mort en France existait depuis le Moyen Âge et a été abolie en 1981, faisant de la France le dernier pays de la Communauté européenne à l'abolir. Avant 1791, il existait en France suivant les époques une multitude de modalités d'application de la peine capitale, selon le crime et la condition du condamné. Les fous, les femmes enceintes et les enfants de moins de 16 ansne pouvaient être exécutés.
La décapitation à l'épée (ou la hache) était réservée aux nobles
• La pendaison pour les meurtriers
• Le bûcher pour les hérétiques, les sodomites et les incendiaires
• La roue pour les brigands et pour les meurtriers condamnés avec circonstances aggravantes,( les membres du condamné sont brisés puis il est achevé par strangulation )Pour les crimesles moins graves, on étranglait l'homme avant de le fracasser
• L'huile bouillante : pour les faux monnayeurs
• L'écartèlement : pour les parricides, dans la pratique, il n'est utilisé que pour les régicides.
Le premier débat officiel sur la peine de mort en France date du 30 mai 1791, avec la présentation d'un projet de loi visant à l'abolir. Cependant, l'Assemblée nationaleconstituante, promulgue une loi le 6 octobre 1791 refusant d'abolir la peine de mort. C'est également avec cette loi qu'est uniformisée la méthode d'exécution. Selon l'article 3 du Code pénal de 1791, « Tout condamné [à mort] aura la tête tranchée ». Cette célèbre phrase restera dans l’article 12 du Code pénal français jusqu'à l'abolition, en 1981[1].
L'usage de la guillotine est alors généralisé pourtoute mise à mort de civils. Seuls les militaires sont fusillés par peloton d'exécution pour les crimes commis dans l'exercice de leurs fonctions (comme la désertion, la mutinerie...). Entre 1906 – 1939 des tentatives d'abolition de la peine capitale voient le jour. Elles échouent toutes. En 1939 on interdit les exécutions publiques, elles devront se dérouler dans les prisons.
On conduisait alorsle condamné dans une première pièce dans laquelle il lui était possible d’écrire une dernière lettre à ses proches. Puis, on lui demandait si il avait une déclaration à faire. Ensuite, il pouvait également s’entretenir avec un ministre du culte qui recevait ainsi sa confession, et lui donnait éventuellement la communion.
Le condamné faisait une deuxième halte où on lui proposait la « dernière »cigarette et le « dernier » verre d’alcool.
Il était attaché aux pieds, aux genoux et aux bras derrière le dos (jusqu’aux coudes afin qu’il se voûte et que son cou présente mieux au couperet). On lui coupait éventuellement les cheveux pour dégager la nuque, le col de chemise, puis on rabattait cette dernière sur les épaules. On portait alors le supplicié dans la cour de prison vers la guillotine .Puis, placé sur la machine, en quelques secondes, le condamné était décapité. Entre le moment où l’on pénétrait dans la cellule et celui où la tête tombait, il s’écoulait généralement entre 15 et 20 minutes.
Le corps du supplicié était ensuite rendu à la famille si celle-ci le réclamait, afin qu’elle le fasse inhumer dans la plus grande discrétion. Sinon l’administration s’en chargeaitelle-même. [IMAGE GUILLOTINE]

L’abolition
Le 16 mars 1981, en pleine campagne électorale pour les élections présidentielles, François Mitterrand déclare clairement qu'il est contre la peine de mort. Il est élu Président de la République le 10 mai.
• Le 25 mai, François Mitterrand gracie Philippe Maurice, il est le dernier condamné à mort gracié.
• Le 26 août, le Conseil des ministres approuvele projet de loi abolissant la peine de mort.
• Le 17 septembre, Robert Badinter présente le projet de loi à l'Assemblée nationale[18]. Il est voté le 18 septembre par 369 voix pour, 113 contre (487 votants, 482 suffrages exprimés).
• Le 30 septembre, la loi est officiellement adoptée par les sénateurs par 161 voix pour, 126 contre (288 votants, 287 suffrages exprimés).
• Le 9...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Peine de mort
  • La peine de mort
  • Peine de mort
  • La peine de mort
  • La peine de mort
  • Peine de mort
  • La peine de mort
  • Peine de mort

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !