La pensée philosophique se reduit-elle au rejet de toute croyance ?

902 mots 4 pages
« La connaissance de soi est un plaisir qui n'est pas possible sans la présence de quelqu'un d'autre.. » : Cette affirmation d'Aristote remet en question la connaissance que nous pensons avoir de nous-même, elle nous apprend que autrui est nécessaire, nous nous connaissons, apprenons à nous connaître à travers les yeux d'une autre personne. Mais, ne sommes nous pas capable de nous connaître sans lui ? C'est justement pour prouver que non, qu'Aristote a écrit ce texte. Il veut montrer que la proximité d'autrui est obligatoire pour enrichir la connaissance de soi, puisque, notre regard sur nous-même était trop subjectif, nous ne voyons que ce que nous pensons voir, ou ce que nous souhaitons voir de nous. Alors que le regard d'une autre personne, étant plus ou moins subjectif, permet une meilleur approche. L'auteur affirme aussi qu'un « ami est un autre soi-même », voilà pourquoi il est plus facile de se connaître grâce à quelqu'un d'autre, puisque cette personne étant un autre moi, il nous est plus facile de l'observer et de la définir, et donc, par la même occasion apprendre à mieux nous connaître.

Dans ce texte, Aristote souligne la difficulté de se connaître soi-même, « Apprendre à se connaître est très difficile », en effet, nous ne pouvons pas nous permettre de porter un jugement sur nous-même, notre regard est trop subjectif sur avoir un avis valable sur ce que nous sommes réellement. D'après l'auteur l'indulgence et la passion nous empêchent de juger correctement, il n'est pas toujours évident de se juger, puisque d'une manière ou d'une autre, nous serons toujours dans le faux, soit, nous penser mieux que nous sommes, ou bien au

contraire, exagérer nos défauts. Après tout, peut-on parler de soi sans s’engager soi-même? Peut-on comprendre quelque chose qui relève de soi à partir de la perspective du savoir objectif? Il nous est impossible de ne plus nous considérer comme sujet mais comme objet, de ne plus donner une vision subjective de nous-même

en relation

  • Dissertation connaissance de soi
    1565 mots | 7 pages
  • aristote
    276 mots | 2 pages
  • Si la connaissance de soi est utopique devons-nous pour autant y renoncer ?
    1716 mots | 7 pages
  • L'amour
    262 mots | 2 pages
  • TExte D aristote
    1564 mots | 7 pages
  • Introduction philo
    616 mots | 3 pages
  • Peut-on se connaitre soi même
    1831 mots | 8 pages
  • Peut-on être soi-même sans se connaitre ?
    1358 mots | 6 pages
  • Connais toi toi même
    1271 mots | 6 pages
  • Une connaissance de soi par soi est elle envisageable?
    1759 mots | 8 pages