la peur

281 mots 2 pages
Séance

Etude de « La Peur » de Guy de Maupassant

Correction des questions
1) Ce texte comporte 3 récits :
- le récit fait par le commandant de son naufrage
- le conte fait par « le grand homme à la figure brûlée » de sa mésaventure dans le désert.
- le récit qu’il fait encore de la peur qu’il a éprouvé une nuit chez un garde-forestier.
2) Le thème commun est la peur.
3) Le narrateur est un personnage ; c’est un voyageur en direction de l’Afrique.
4) Cette nouvelle a pour but d’illustrer un thème, la peur, à travers 3 récits. Elle a aussi pour visée d’effrayer le lecteur. I) Le point de vue des narrateurs
Le point de vue du narrateur est toujours interne (« on » l. 1) : le narrateur est ici un personnage qui implique le lecteur dans son récit.
Chacun veut raconter l'histoire la plus effrayante qu'il ait vécue.
II) Une atmosphère mystérieuse
De la ligne 73 à 78, « C'était l'hiver dernier... » :
- Eléments visuels : « sombre, la forêt s'inclinait »
- Eléments sonores : « gémissement, hurlement.. . »
- Eléments tactiles : « le froid »
Tous ces éléments contribuent à effrayer le lecteur et posent les conditions d'un récit fantastique.
Le portrait du garde-forestier et de sa famille constitue un véritable tableau :
* au milieu : le chef de famille, fou de peur
* devant : les gardes du corps
* derrière : les femmes prostrées.
La peur de la famille est tellement intense qu'elle « crée » l'image d'un fantôme à travers le judas (situation irréelle). Conclusion
Cette nouvelle relève davantage du récit fantastique que réaliste car elle vise moins à souligner la réalité sociale qu’à effrayer le lecteur par le suspense et la tension dramatique qu’elle crée.

en relation

  • La peur
    4800 mots | 20 pages
  • la peur
    3675 mots | 15 pages
  • La peur
    309 mots | 2 pages
  • La peur
    375 mots | 2 pages
  • la peur
    2216 mots | 9 pages
  • La peur
    1028 mots | 5 pages
  • La peur
    472 mots | 2 pages
  • La peur
    1214 mots | 5 pages
  • Peur
    1059 mots | 5 pages
  • La Peur
    331 mots | 2 pages