La philososophie

Pages: 5 (1082 mots) Publié le: 28 novembre 2012
=
Cégep de Granby haute-yamaska

département de philosophie

1 Philosophie et rationalité
340-101-MQ


|La pratique de la philosophie peut-elle rendre davantage heureux ? |


Travail présenté à

Madame Line Doyon
Par

xxxxxx
Groupe 5


Groupe :

Semaine du 21 septembre au 27 septembre 2012
2 Lapratique de la philosophie peut-elle rendre davantage heureux ?



De nos jours tous les individus sont à la recherche du bonheur. Malgré les épreuves de la vie, de ce fait l’on se demande si la philosophie nous permet d’être davantage d’être heureux pour cela nous nous posons une question, à savoir si la philosophie nous permet-elle d’être davantage heureux? *Ensuite, concernant la vidéode Alain crevier le second regard nous observons que de tous manière et d’une autre a la recherche du bonheur et surtout depuis des années le bonheur ça se va y a un message, l’on n’a pas le choix mais on y espère toujours.

En outre quelques sous –questions : qu’est –ce que la philosophie ?qu’est-ce que le bonheur ? Peut-on dire de la philosophie qu’elle nous aide à mieux vivre?

Nouspensons que la philosophie est un bon moyen d’atteindre le bonheur, cela nous permet de s’éloigner du monde dont nous vivons en difficultés chaque jour.


Au-delà concernant le sujet divisé tels que la confrontation du philosophe Socrate et du personnage d’un dialogue de Platon qui est callicles : Dans Gorgias, de Platon, on assiste à la confrontation de Socrate et de Calliclés, qui refuse dejouer le jeu du dialogue. Les philosophes sont ainsi contraints d’aller au-delà de l’obtention de l’accord de l’interlocuteur par le dialogue, et en quelque sorte, de leur asséner la vérité, le réel tel qu’il est, incontestable. Et de mettre au point, ainsi, une norme.


De plus, en insistant davantage sur la nécessité de rechercher cette norme véritable que sur l’action de la trouver, Épictètemet en évidence un autre fondement de la philosophie: l’interrogation dans laquelle, pour Socrate, est la vraie tâche du philosophe.


Tout d’abord, nous allons définir quelques mots clés suivants : la philosophie définir par Comte-Sponville : « la philosophie est une pratique discursive (par des discours et des raisonnement) qui a la vie pour objet, la raison pour moyen et le bonheur pourbut. Il s’agit de penser mieux pour vivre mieux.
Le bonheur c’est un état de satisfaction complète et de plénitude , est distinct du plaisir, bien- être agréable essentiellement d’ordre sensible. Mais le bonheur se distingue aussi de la joie, alors que le plaisir est fragmentaire la joie est état affectif global et total elle représente bien comme l’a vu le philosophe Spinoza un passaged’une perfection moindre a une perfection supérieure ,un état ou la puissance d’agir de mon corps est augmentée ,ou domine en moi un sentiment de puissance et de force .Or le bonheur n’est précisément pas un passage : la joie est très dynamique alors que le bonheur est statique ,tout comme la béatitude .


La philosophie nous aide à mieux vivre car elle acquiert par elle une dignité supérieure,les autres vertus procèdent d elle naturellement car elle enseigne qu’une vie sans prudence ni bonté ni justice ne saurait être heureuse et que ce bonheur ne saurait être sans plaisir.


Du bonheur, une chose au moins est certaine : tous les hommes sont à sa recherche donc la philosophie n’est pas nécessaire pour être heureux au cas où nous constatons l’opinion du philosophe conte- sponvilleLa Face 1 de l’affectivité ou il parle du faux bonheur : «si la sagesse est un bonheur , ce n’est pas n’importe quel bonheur ….certains me disent que c’est déjà fait ,mais ,rassurez-vous ,il Ya encore des progrès a attendre -,un nouveau médicament ,une espèce d anxiolytique et d antidépresseur absolu .  )


La Face 2 qui est la rationalité il s’agit du développement du philosophe...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !