La photo qui tue, antony horowitz

1508 mots 7 pages
La photo qui tue, Antony Horowitz

Ce livre est en fait un recueil de nouvelles fantastiques, qui fait aujourd’hui partie des écrits par Antony Horowitz : célèbre écrivain anglais, connu pour ses romans de littérature policière et fantastique destinés à la jeunesse. En 2005, La photo qui tue paraît donc en France et en Angleterre, montrant clairement aux lecteurs que l’horreur est un genre qu’Antony Horowitz affectionne particulièrement.

I) Présentation de trois des nouvelles du recueil :

1. Transport éclair

→Résumé :

L’histoire débute avec la mort du chroniqueur hippique Ethan Sly. Un de ses collèges hérite alors de son vieil ordinateur, qu’il décide de donner à son fils Henry. Ce dernier, malgré son indifférence, décide de lui trouver une place sur son bureau. Mais c’est seulement durant la nuit suivante qu’Henry découvre que cet ordinateur n’a rien de banale, et que les mots qu’il affiche ne sont rien d’autres que les noms des chevaux gagnants de la coure hippique. C’est alors qu’Henry, malgré l’avertissement de son meilleur ami Léo, décide de coopérer avec Bill Garrett, ancien élève de son collège, afin de jouer aux paris hippiques. Les deux accumulent donc de l’argent. Mais cela ne suffit pas à Bill qui décide de découvrir comment Henry arrive à savoir les vainqueurs des courses. Il se rend donc chez lui avec Léo, à qui il vient par la violence d’arracher le secret de l’ordinateur. Il monte donc dans la chambre d’Henry, ce dernier impuissant ne pouvant l’arrêter. Il met alors en marche l’appareil qui affiche en suite le mot « transport éclair ». Furieux, bill attrape l’ordinateur et l’emporte avec soi. Mais à peine fut il sorti de la maison qu’un gros fracas retentit. Léo et henry se précipitent alors dehors, découvrant Garrett étendu dans une marre de sang, et devant le camion qui venait de le renverser dont le nom peint sur le flanc du camion était : « G.M. BEAUCIEL déménagements. Transport éclair ».

→Présentation des personnages :

-

en relation

  • la photo qui tue
    309 mots | 2 pages